4x4-mag
4x4-mag

Le seul webzine Avec un maximum d'infos Sur le monde de l'Off Road au Maroc... Sur 2 ou 4 roues !


AFRICA ECO RACE® 2015



L’AFRICA ECO RACE® est un Rallye Tout Terrain Africain reprenant les valeurs qui ont écrit la légende des Rallyes. Il plonge ses participants dans une ambiance typique, sur des pistes inédites faisant la part belle au pilotage, au cœur de paysages inoubliables comme seule l’Afrique peut offrir.
Convivialité, authenticité, solidarité et sportivité sont les maîtres mots de cette épreuve permettant à un maximum de concurrents, de rejoindre le mythique Lac Rose à Dakar.



L’AFRICA ECO RACE® EST BIEN PARTIE


Ce dimanche 28 décembre 2014, pour la quatrième année consécutive, Saint Cyprien, station balnéaire des Pyrénées Orientales, accueillait le départ de l’AFRICA ECO RACE®. Malgré un beau soleil hivernal, la température était très fraiche en raison d’une tramontane omni présente. Cependant, les vérifications techniques sur le parking de la Capitainerie et du Joa Casino ont attiré la foule des grands jours. Il faut dire que la manifestation avait beaucoup d’allure avec des véhicules toujours mieux préparés et une organisation parfaitement orchestrée par l’équipe de l’Africa Eco Race.

Il était 18h30 précise lorsque Monsieur Loïc Carrido, Adjoint aux sports de Saint Cyprien, a donné le signal du départ à Pal Anders ULLEVALSETER, le pilote norvégien, premier de la trentaine de motards à s’élancer dans la grande aventure. Parmi ceux –ci, David FRETIGNE et sa YAMAHA 1200 TENERE, ainsi que la Russe Anastasya NIFONTOVA et la Britannique Patsy QUICK ont été parmi les plus applaudis par les nombreux passionnés restés pour assister au départ.

Du côté des autos, la sonorité spectaculaire des Pick-up TOYOTA des Belges Jacky LOOMANS et Erwin IMSCHOOT, mais aussi du Kazakh Kanat SHAGIROV, ont impressionné les spectateurs, tout comme l’OSCAR du Russe Anton GRIGOR et l’OPEL MOKA V8 du Hongrois Balazs SZALAY.

Les Buggys ont toujours autant la côte auprès des connaisseurs et le départ de Saint Cyprien en est la parfaite illustration. Il faut dire que les « scarabées » avaient fière allure sous les lumières des projecteurs en passant sous l’arche de départ aux couleurs des différents partenaires. Ils ont d’ailleurs largement rivalisé à l’applaudimètre avec les quatre roues motrices. Reste à savoir si  les Buggys de Jean Antoine SABATIER, Philippe PORCHERON, Yves FROMONT, Patrick MARTIN ou encore Mathieu SERRADORI pourront rivaliser avec les 4X4 comme le fit Jean Louis SCHLESSER sur les six premières éditions. Le sextuple vainqueur de l’épreuve, sera d’ailleurs toujours présent avec un statut de pilote sur cet Africa Eco Race, mais cette fois aux commandes d’un ULM pour assurer le relai radio de la course.

La cérémonie du départ s’est achevée par l’envol des neuf camions en course toujours aussi imposants et appréciés du public qui est resté jusqu’au bout malgré le froid polaire de ce début de nuit languedocienne.

Demain, la caravane du rallye migrera vers le sud de l’Espagne afin d’embarquer sur un ferry pour une traversée de la Méditerranée à destination de Nador où le débarquement des véhicules est prévu le mardi 30 décembre à 5h00. Ce sera alors parti pour une première spéciale de 117 km dans le nord du Maroc. Une mise en jambe idéale avant les 3500 km de secteurs chronométrés, dont 6 étapes au Maroc, qu’il restera pour atteindre Dakar le 11 janvier 2015.
 
Par Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.
 

AFRICA ECO RACE® 2015 : UNE PREMIERE ETAPE PAS SI FACILE !!!


Il faisait cinq petits degrés à 9h45 lorsque la première moto a franchi l’arrivée de la première spéciale de l’AFRICA ECO RACE® 2015 installée dans la banlieue de Guersif à une centaine de kilomètres à l’ouest de Nador. Comme c’était prévisible, Pal Anders ULLEVALSETER a réalisé un sans faute d’entrée en moto, tout comme le Belge Jacky LOOMANS en auto et le surprenant Miklos KOVACS chez les camions. Mais déjà, certains candidats à la victoire ou au podium ont sérieusement entamé voir grillé leur joker sur les 116 km de ce premier secteur sélectif.
 
René METGE l’avait annoncé : «Cette première étape de mise en jambe, volontairement tracée proche de Nador pour permettre à tous d’effectuer la liaison vers le sud du Maroc de jour, ne sera pas si facile et elle pourrait même occasionner des surprises. » Le directeur sportif ne croyait pas si bien dire puisque sur deux ou quatre roues, il y a eu de la casse.

Tout d’abord en auto avec le spectaculaire accident de Balazs SZALAY dont l’OPEL Moka est violemment sorti de la piste au km 24. Un accident qui a tout de même nécessité l’évacuation de Laszlo BUNKOCZI, le copilote, en hélicoptère à l’hôpital de Nador pour des examens médicaux. Ce fût heureusement le seul accident de la journée mais des problèmes mécaniques ont arrêté un long moment Yves FROMONT alors que Mathieu SERRADORI a également concédé beaucoup de temps.
 
Une journée qui n’était d’ailleurs pas vraiment pour les deux roues motrices handicapées par un tracé particulièrement peu adhérant. C’est ce qu’expliquait Jean Antoine SABATIER, le pilote de Marrakech, en sortant de son Bugga One en 5ème position, après avoir concédé près de 10 minutes au TOYOTA Overdrive de Jacky LOOMANS. Une explication confirmée par l’excellent résultat des HUMMER H3 à commencer par celui d’ Andrey CHEREDNIKOV, 2ème à 4 secondes de LOOMANS, et ceux de Yuriy SAZONOV, 3ème à 5 minutes et de Miroslav ZAPLETAL 4ème à un peu moins de 9 minutes. Ajoutez à cela de belles séances de jardinage au niveau de la navigation et vous avez déjà de gros écarts au niveau du classement.

La vraie surprise est venue de la catégorie camion avec la belle victoire de Miklos KOVACS qui a réussi à doubler le TATRA du triple vainqueur de l’épreuve Tomas TOMECEK et le KAMAZ d’Anton SHIBALOV. Un petit exploit rendu possible par l’excellent travail de Peter CZEGLEDI, le navigateur du SCANIA.

Sur deux roues, pour son retour en Afrique, Pal Anders ULLEVALSETER a connu une spéciale tranquille ne commettant aucune erreur de navigation et ce, bien qu’il ouvrait la piste. Les Norvégiens étaient décidemment en forme en ce 30 décembre puisque John Olav LINDTJORN, le compatriote de ULLEVALSETER signe le 2ème temps du jour à un peu plus de 8 minutes alors que le Belge Gilles VANDERWEYEN se classe 3ème devant l’autrichien Robert THEURETZBACHER, victime de soucis de navigation. L’Italien Stefano PELLONI, seul pilote HONDA à tirer son épingle du jeu face aux KTM, entre dans le top 5. Le dernier des grands noms de ce rallye AFRICA ECO RACE® à avoir connu des problèmes est David FRETIGNE dont le tableau de bord de sa YAMAHA s’est complètement désolidarisé de la moto après 19 km, l’obligeant à sangler l’élément et à finir la spéciale au ralenti. Il ne fait aucun doute que le multiple Champion du Monde d’Enduro aura l’occasion de se racheter et de refaire son retard conséquent d’ici la fin de l’épreuve.
 
Demain, pour le dernier jour de cette année 2015, les concurrents de cette septième édition de l’AFRICA ECO RACE® retrouvront les premières dunes marocaines et une spéciale de 377 km entre Jorf el Hamam et Tagounite.
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.
 

AFRICA ECO RACE® 2015 : 2ème Etape - LES CHOSES SÉRIEUSES ONT COMMENCÉ


Après une journée de mise en jambes particulièrement animée, comme prévu, les concurrents de l’AFRICA ECO RACE® 2015 sont entrés directement dans le vif du sujet dès cette deuxième spéciale de 377 km entre Merzouga et M’hamid El Ghislane. Un parcours salué de tous qui a permis au solide Pal Anders ULLEVASETER d’affirmer sa domination de la catégorie moto, au surprenant Mathieu SERRADORI de signer la première victoire de spéciale au volant d’une auto et à Elisabete JACINTO de s’imposer chez les camions.
 
Les gardes boues des motos étaient recouverts de givre ce matin au moment du départ pour la liaison vers Merzouga, d’où s’élançait ce deuxième secteur sélectif. Une fraicheur qui, naturellement, n’a absolument pas perturbé Pal Anders ULLEVASETER. Au contraire, cette météo glaciale, idéale pour un Norvégien lui a donné des ailes puisque le pilote KTM a survolé l’épreuve en terminant 46’31’’ devant l’Allemand Ingo WALDSCHMIST et l’Ukrainien Vadim PRITULYAK à un peu moins de 9 minutes. Autant dire qu’ULLEVASETER avait le sourire à l’arrivée en répondant aux questions des journalistes : « Cette deuxième étape était magnifique ! Je redécouvre le road book de René METGE qui est toujours très précis et qui nous met en confiance. J’ai pris vraiment du plaisir et tout va bien pour l’instant ! »
 
Le Norvégien John Olav LINDTJORN a également confirmé son potentiel en se classant 4ème, tout comme le Belge Gilles VANDERWEYEN, auteur du 5ème temps de la spéciale. Dans la catégorie féminine, après une première étape prudente, la pilote russe Anastasiya NIFONTOVA a signé un magnifique 8ème temps au guidon de son HUSQVARNA, devançant de près de 16 minutes la KTM de la Britannique Patsy QUICK. Au classement général provisoire, Pal Anders ULLEVASETER compte déjà plus d’une heure d’avance sur son compatriote Jon Olav LINDTJORN et sur Gilles WADERWAYEN qui profite de cette 3ème place, bien conscient que la route est encore longue jusqu’à Dakar.
 
Sur quatre roues, ce fut au tour de Jacky LOOMANS, le leader du général, d’être retardé aujourd’hui. En s’écartant légèrement de la trace idéale, le Belge a planté son Pick-up TOYOTA dans une marre de boue, vestige des récentes pluies diluviennes qui se sont abattues sur le sud marocain. Résultat, une grosse demi-heure de perdue. A noter que la même mésaventure est arrivée à plusieurs concurrents dont Anton SHIBALOV et son énorme KAMAZ. C’est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres et Miroslav ZAPLETAL a donc profité du plantage de LOOMANS pour signer le 2ème temps de la spéciale et prendre ainsi la tête du général provisoire, 1’32’’ devant Yuriy SAZONOV, également sur un HUMMER H3 Evolution. Jean Antoine SABATIER et son BUGGA ONE ont complété le podium du jour.

Parmi les autres animateurs de la course auto, la 3ème place au provisoire de Jean Antoine SABATIER derrière Yuriy SAZONOV et la 5ème place du Buggy Peugeot de Philippe PORCHERON derrière le HUMMER H3 de Andrey CHEREDNIKOV confirme la bataille qui se profile à l’horizon entre les 4X4 et les Buggies. Mais le réel exploit du jour est à mettre à l’actif de Mathieu SERRADORI. Victime hier de problème d’alimentation d’essence, le Français est parti le couteau entre les dents ce matin, bien décider à montrer à tous qu’il n’est pas venu sur l’AFRICA ECO RACE® pour faire de la figuration. Au volant de son « petit » Buggy PREDATOR X 18 S, parfaitement navigué par Didier HAQUETTE, l’ex motard réalise un sans faute et remporte la première spéciale de sa courte carrière sur quatre roues. Il confirme ainsi son potentiel et il faudra sans doute compter sur lui à l’avenir dans la discipline.
Dans la catégorie T2, le Polonais Pawel MOLGO impose son TOYOTA HDJ 200 devant le KDJ 120 d’Olivier et Christine AUBINEAU, unis dans la vie et dans la voiture. Au classement général des véhicules d’origine, MOLGO possède désormais 35 minutes d’avance sur Jean Louis JUCHAULT et les époux AUBINEAU, un peu plus de 8 minutes derrière.
 
Le scénario a été exactement le même dans la catégorie camion que dans celle des autos puisque Elisabete JACINTO et son MAN ont terminé l’année en beauté en signant le scratch devant le TATRA de Tomas TOMECEK. Le Tchèque occupe ce soir la tête du classement camion avec quatre petites secondes d’avance sur la pilote Portugaise et 8 minutes sur le KAMAZ d’Anton SHIBALOV.
 
Après un repas amélioré pour fêter la Saint Sylvestre autour d’une coupe de Champagne, les participants s’attaqueront à la troisième étape entre Tagounite et Assa. Suite à une petite modification de road book pour contourner le Lac Iriki encore en eau, la spéciale deviendra la plus longue de l’AFRICA ECO RACE® 2015 avec 448 km à parcourir. Une grosse journée en perspective pour commencer l’année !
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.
 

AFRICA ECO RACE® 2015 : 3ème Etape - UNE JOURNÉE COPIEUSE


Cette troisième étape était la plus longue de l’AFRICA ECO RACE® 2015 au niveau du kilométrage du secteur sélectif. C’était aussi une des plus complètes avec tous les types de terrain rencontrés en Afrique et notamment l’Erg de Chegaga toujours délicat à négocier, le tout avec une navigation assez pointue et du pilotage. Cependant, malgré quelques péripéties et trois motards légèrement blessés, tout le monde devrait rentrer au bivouac d’Assa ce soir.
 
Pour la troisième journée consécutive, la catégorie moto a été dominée par Pal Anders ULLEVALSETER. Le pilote Norvégien est absolument intouchable et il a réalisé un nouveau sans-faute. Interviewé à l’arrivée à Icht, après avoir présenté ses vœux en norvégien, il a raconté sa spéciale : « Cela faisait longtemps que je n’avais pas commencé l’année aussi sportivement. La spéciale était très longue et difficile. J’ai retrouvé des endroits où j’étais déjà passé sur d’autres courses et c’est toujours un plaisir de rouler sur ces pistes africaines. Je roule à 99% car je ne sais pas aller doucement sans me déconcentrer et je n’ai pas envie de chuter. Du coup, cela se passe très bien et je ne veux rien lâcher car je veux gagner l’AFRICA ECO RACE®.»
 
Derrière le leader, la course s’anime et le Belge Gilles VANDERWEYEN ne lâche rien puisqu’il se classe 2ème aujourd’hui, 2’15’’ devant l’autrichien Robert THEURETZBACHER qui revient sur le haut du tableau. Le Namibien Ingo WALDSCHMIDT confirme son statut d’outsider en signant le 4ème temps du jour devant l’étonnante pilote féminine Anastasiya NIFONTOVA, seulement à 45 minutes du meilleur temps du jour. En revanche, la Russe n’aura plus d’adversaire chez les femmes puisque Patsy QUICK a chuté lourdement. Relevée avec un traumatisme thoracique et une luxation de l’épaule, la pilote Britannique a été transportée à l’hôpital de Guelmine avec deux autres motards à savoir son compatriote Andrew NEWLAND, victime d’une fracture de la clavicule, et le Français Pascal BOUCHET souffrant d’un traumatisme facial et d’une contusion à l’épaule. Les trois pilotes devraient être rapatriés vers l’Europe dès demain.

Du côté du classement général des deux roues, Pal Anders ULLEVALSETER possède déjà 1h42’38’’ sur Gilles VANDERWEYEN et un peu plus de 2 heures sur Robert THEURETZBACHER, alors que Ingo WALDSCHMIDT est 4ème et que Norbert DUBOIS pointe le bout de son nez en 5ème position, juste devant l’incroyable Anastasiya NIFONTOVA.
 
Dans la catégorie auto, l’AFRICA ECO RACE® compte ce soir un troisième leader du général différent en trois étapes. C’est dire si la course est disputée et ce n’est qu’un début. Aujourd’hui, la victoire est revenue à Jacky LOMMANS qui signe son second succès depuis le début de l’épreuve. La journée avait pourtant bien mal commencée puisque le Belge a posé son TOYOTA Hilux au sommet de la première dune à franchir. Heureusement, il a réussi à se désensabler rapidement et a ensuite sorti la grosse attaque pour finalement s’imposer à Icht. Il était donc très loquace à l’arrivée : « Voilà une belle façon de commencer l’année ! Je me devais de redresser la barre après mon plantage d’hier. Comment imaginer une chose pareille ? S’enliser dans la boue dans le désert. A présent, je vais m’appliquer chaque jour pour refaire mon retard. »
 
Un retard de 8’42’’ sur le HUMMER H5 de Yuriy SAZONOV qui ravi la première du général à Miroslav ZAPLETAL, retardé par un ensablement conséquent dans l’Erg de Chegaga et à présent à 2’10’’ du leader. Les quatre roues motrices mènent donc la danse en auto mais les Buggies continuent de faire de la résistance avec une nouvelle belle performance de Mathieu SERRADORI, 3ème du jour derrière le Kazakh Kanat SHAGIROV et son TOYOTA Hilux.
 
Mais la performance du jour est à mettre à l’actif des deux camions KAMAZ de Anton SHIBALOV et Sergey KUPRIANOV, respectivement 2ème et 3ème du scratch auto camion. Autant dire qu’avec un tel résultat, les deux camions russes reprennent la tête du classement provisoire devant Tomas TOMECEK, handicapé aujourd’hui par le manque de vitesse de pointe de son TATRA plus agile dans le sable que sur les grandes pistes. Cependant, les écarts étant très faibles, la bataille des mastodontes du désert s’annonce intense.
 
Demain, la caravane de l’AFRICA ECO RACE® 2015 poursuit sa descente plein sud avec une étape de 394 km, dont 379 km de spéciale, entre Assa et As Sakn.

Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.
 

AFRICA ECO RACE® 2015 : Etape 4 - LA BATAILLE


L’avant dernière étape marocaine de l’AFRICA ECO RACE® 2015 tracée sous forme de grande descente vers le sud, ne comportait rien d’insurmontable si ce n’est un nombre de points de passage divisés par deux afin de rendre la navigation plus intéressante et sélective. Une difficulté bien appréhendée par l’ensemble des concurrents mais, ajoutée à un parcours relativement technique, cette spéciale entre Assa et Oued Aarraid a tout de même permis aux favoris de la course de faire la différence et d’animer cette belle journée baignée par le soleil du Maroc.

Un vent violent balayait l’arrivée de la spéciale installée non loin d’As Sakn lorsque Pal Anders ULLEVALSETTER a franchi le point chrono, comme chaque jour depuis le début de l’épreuve, en première position. Pourtant, il s’en est fallu de peu pour qu’aujourd’hui, le rapide pilote norvégien ne soit battu pas Robert THEURETZBACHER, revenu sur lui après une centaine de kilomètres. Mais, après le CP 3 du ravitaillement essence, ULLEVALSETTER a commis sa deuxième erreur de navigation de la journée. L’Autrichien s’en est rendu compte rapidement et a décidé de changer de cap. Hélas, en essayant de rectifier le tir, THEURETZBACHER s’est égaré à son tour et il a finalement terminé à 7’25’’ de Pal Anders. Au final, il est même devancé par l’Italien Stefano PELLONI, revenu dans la course le couteau entre les dents pour affronter les KTM après avoir connu une journée off  suite à la casse du moteur de sa HONDA. Rappelons que le règlement particulier de l’AFRICA ECO RACE® permet de continuer dans la course malgré un abandon sur une ou même plusieurs spéciales. Beau retour également de Vadim PRITULYAK, 5ème de ce secteur sélectif à 15’58’’ et ce, pour 21 petites secondes sur Ingo WALDSCHMIDT, véritable métronome depuis le début du rallye. A noter également l’entrée dans le top 10 du tout jeune Franco Sénégalais Julien SANCHEZ sur YAMAHA.

Le grand perdant du jour sur deux roues est Gilles VANDERWEYEN qui ne termine que 7ème à 27’17’’ après s’être également égaré. Du coup, le Belge perd la 3ème place au profit de THEURETZBACHER. Des soucis sont également à signaler pour Norbert DUBOIS qui a perdu la partie arrière de sa KTM à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée. Sans cela, le Français aurait certainement pu jouer le podium du jour. Quelques nouvelles enfin de David FRETIGNE qui continue son bonhomme de chemin au guidon de sa YAMAHA 1200 TENERE. Le Français signe aujourd’hui le 17ème chrono, juste devant la HONDA 650 XR de Bernard MONTAZ.

Dans la catégorie auto, la journée a été plutôt passionnante avec une bataille au sommet entre les différents 4X4, toujours arbitrée par le « petit » Buggy PREDATOR X18s de Mathieu SERRADORI, encore 2ème de la spéciale à 5’43’’ de Miroslav ZAPLETAL. Le Tchèque était en effet parti en 7ème position ce matin du bivouac d’Assa. Au prix d’une attaque de chaque instant au volant de son HUMMER H3, il a réussi à rejoindre le TOYOTA Hilux de Jacky LOOMANS qui ouvrait la piste, pour finalement le dépasser et rallier l’arrivée en première position. Une belle opération puisque cette victoire lui permet de reprendre la tête de la catégorie auto, 6’27’’ devant le Kazakh Yuriy SAZONOV, à nouveau dans le top 3 aujourd’hui, et Jacky LOOMANS, désormais à 19’12’’. Avec Kanat SHAGIROV et son TOYOTA Hilux en 4ème position, à la veille de l’ultime étape marocaine, ce sont ainsi quatre véhicules 4X4 qui occupent le haut du tableau du général provisoire auto, suivi de très près par les deux buggies de Mathieu SERRADORI et Jean Antoine SABATIER, à nouveau retardé aujourd’hui. A souligner également la belle performance de Erwin IMSCHOOT qui prouve qu’il s’habitue parfaitement à son nouveau TOYOTA Hilux en signant le 8ème temps de la spéciale, juste devant l’OSCAR 03 du sympathique Russe Anton GRIGOROV, enfin dans le top 10 d’une spéciale. A force de régularité, le pilote belge pointe désormais en 7ème position au général.

Dans la catégorie T2 des véhicules d’origine, le TOYOTA  VDJ 200 du pilote polonais Pawel MOLGO est toujours intouchable puisqu’il s’impose à nouveau à Assa et ce, malgré une petite frayeur juste avant le point chrono. Il devance cette fois le TOYOTA KDJ 120 de Marc AIVAZIAN qui a bien redressé la barre après ses soucis de début de course. Marat ABYKAYEV et son NISSAN Patrol complète le podium du jour en T2. Au général, MOLGO possède désormais près de deux heures d’avance sur Jean Louis JUCHAULT et son TOYOTA KDJ 120.

S’il n’y a pas eu de gros problème en auto, il n’en n’est pas de même dans la catégorie camion où deux des prétendants au podium final ne sont pas allés au bout de cette spéciale. Il s’agit de Elisabete JACINTO, victime d’une casse d’amortisseurs sur son MAN et de Miklos KOVACS dont la boite de vitesse du SCANIA a cédé. Autant dire que compte tenu de la qualité du plateau et des pénalités dont ils vont écoper, ils rouleront pour le fun sur le reste de l’AFRICA ECO RACE®, si bien sûr ils prennent la décision de poursuivre. En revanche, une nouvelle fois, Anton SHIBALOV a animé la course sur son monstrueux KAMAZ puisqu’il signe le 4ème temps scratch à 11’15’’ de l’auto de ZAPLETAL. Le 2ème camion du jour est le TATRA de Tomas TOMECEK, 9ème à 43’28’’. Le Tchèque devance l’IVECO du pilote belge Gregoor BOUWENS à 1h14’53’’ et l’autre KAMAZ, dont le moteur fonctionne au gaz, de Sergey KUPRIANOV, seulement 4ème en raison d’une crevaison. Au niveau du classement général, SHIBALOV mène la danse devant TOMECEK à 49 minutes et KUPRIANOV à 1h30.

Demain, la dernière étape marocaine amènera les concurrents de l’AFRICA ECO RACE® dans la banlieue de Laayoune. Une spéciale de 225 km avant d’entamer la longue liaison de 532 km au bord de l’Océan Atlantique jusqu’à Dakhla où sera installé un somptueux bivouac pour la journée de repos de ce dimanche 4 janvier 2015. Lundi, le rallye entrera en Mauritanie…
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.
 

AFRICA ECO RACE 2015 : 5ème Etape - UNE DERNIÈRE ÉTAPE AU MAROC ANIMÉE


A la veille de la journée de repos, bien que la spéciale ait été amputée d’une vingtaine de kilomètres en raison de la présence d’eau dans un oued habituellement à sec, cette dernière étape marocaine a offert son lot de rebondissements et permis de voir trois nouveaux s’imposer dans les trois catégories moto, auto et camion de cette 5ème spéciale de l’AFRICA ECO RACE® 2015.

En moto tout d’abord avec la victoire de Robert THEURETZBACHER devant Pal Anders ULLEVALSETER. Comme hier, l’Autrichien a rapidement rattrapé le Norvégien pour finalement lui emboiter le pas jusqu’à l’arrivée jugée à une vingtaine de kilomètres de Laayoune. Un premier succès important pour celui qui avait remporté 5 spéciales en 2014. Derrière, le belge Gilles VANDERWEYEN a une fois encore été très régulier et en terminant 3ème, il profite de la grosse erreur de parcours du Namibien Ingo WALDSCHMIDT pour conforter sa place sur la troisième marche du podium provisoire. A noter également la jolie 5ème place au scratch deux roues de David FRETIGNÉ, qui fait évoluer chaque jour sa « grosse » YAMAHA pour aujourd’hui terminer à moins de 15 minutes du vainqueur.

Dans la catégorie auto ensuite, la surprise est venue de l’OSCAR d’Anton GRIGOROV qui, sorti des différents soucis lui ayant couté 1h45 depuis le début de cette 7ème édition de l’AFRICA ECO RACE®, a démontré tout le potentiel de son véhicule en signant le meilleur chrono devant Andrey CHEREDNIKOV et son HUMMER. Le grand bénéficiaire de la journée est Jacky LOOMANS, 3ème de ce secteur sélectif car ses deux adversaires directs, Miroslav ZAPLETAL et Yuriy SAZONOV, ont été victime de la même panne, à savoir la casse du différentiel arrière de leur HUMMER H3.
 
A la fin de ces étapes marocaines, Jean-Antoine SABATIER, le pilote de Marrakech, sur son buggy « Bugga One », pointe en 7ème position au classement général, à 1H03:04 du Leader.

Chez les camions, après une journée en demi teinte hier, Sergey KYPRIANOV a redressé la barre en remportant la spéciale avec le 2ème temps des autos camions à seulement 1’54’’ de GRIGOROV. Le KAMAZ fonctionnant au gaz a devancé le MAN de la Portugaise Elisabete JACINTO qui, elle aussi, avait soif de revanche. Anton SHIBALOV et son KAMAZ complète le podium mais surtout, après cette première semaine de course, le Russe est 2ème du classement général de l’AFRICA ECO RACE® 2015.

Ce dimanche 4 janvier, la caravane de l’AFRICA ECO RACE® 2015 sera en journée de repos dans l’extrême sud du Maroc, à Dakhla, au bord de l’Océan Atlantique. L’occasion de pour les organismes de reprendre des forces et de remettre les mécaniques en ordre avant les 7 étapes Mauritaniennes de la deuxième semaine.
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.
 

Africa Eco Race - 6ème Etape annulée pour cause de mauvaise météo.


DAHKLA > CHAMI
Etape 6 - 5 janvier 2015
Liaison : 437 km - Spéciale : 174 km – Liaison : 9 km - Total : 620 km
SPÉCIALE : BOULANOUAR / CHAMI : 174 km
 
Après la journée de repos de dimanche à Dakhla, le Rallye Africa Eco Race à quitté le Maroc pour entrer en Mauritanie. Par contre, une surprise attendait les concurrents : un vent de sable s’est levé sur le désert Mauritanien, bloquant toute visibilité.

 
La sécurité en Rallye-Raid est assurée en première ligne par les hélicos. En cas de mauvais temps, si les hélicos ne peuvent pas voler, il est habituel de suspendre la spéciale du jour... Les éléments météo ont souvent le dernier mot et la sécurité des concurrents est la principale priorité...
 
Le vent de sable persistant sur le Nord de la Mauritanie aura eu raison de la détermination des pilotes à braver le désert. Courageusement, les organisateurs ont décidé d’annuler cette 6ème étape. Tout le monde va rejoindre le bivouac en caravane pour ne pas risquer de se perdre dans cette tempête.
 
Le Rallye reprendra demain.
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.

AFRICA ECO RACE® : Etape 7 - LA MAURITANIE TOUJOURS AUSSI SÉLECTIVE


La météo encore très incertaine hier soir à l’heure du briefing s’est finalement arrangée au levé du jour. Du coup, la spéciale de 433 km entre Chami et Amsaga a pu se dérouler normalement en partant tout de même avec une heure de retard, le temps de laisser les hélicoptères arriver de Nouadibou. Comme prévu et annoncé par René METGE, cette première étape mauritanienne a été des plus sélectives et nombreux sont ceux qui vont rentrer tard au bivouac.  

Décidemment, Pal Anders ULLEVALSETER est intouchable sur cette 7ème édition de l’AFRICA ECO RACE® puisque le Norvégien remporte cette 7ème étape, empochant au passage sa 5ème victoire depuis le début du rallye. Le Viking a connu une étape sans soucis et il a terminé 7’07’’ devant l’Autrichien Robert THEURETZBACHER, de plus en plus à l’aise dans les difficultés, tout comme le Namibien Ingo WALDSCHMIDT, solide 3ème à 29’45’’. Derrière, le Français Norbert DUBOIS termine 4ème  à 41’02’’ après avoir souffert avec sa KTM 660 face aux 450 cc de ses adversaires, alors que le Norvégien John Olav LINDTJORN et le Belge Gilles VANDERWEYEN sont respectivement 5ème et 6ème, séparés par  seulement 26 secondes. Mention spéciale à Julien SANCHEZ, le franco sénégalais, 9ème en effectuant les 50 derniers kilomètres de la spéciale avec le guidon et son support maintenus avec une sangle, mais aussi à la pilote russe Anastasiya NIFONTOVA, 10ème du jour mais surtout 6ème du général provisoire.


Le Bugga One de Marrakech second de cette spéciale et au général !

A 19h00 (20h00 heure de Paris), seulement 16 autos et camions étaient rentrés au magnifique bivouac d’Azougui, sur 35 partants ce matin. C’est dire si la journée était copieuse. D’ailleurs, cette première étape mauritanienne a signé la revanche des buggies avec la 2ème victoire de spéciale pour Mathieu SERRADORI et son PREDATOR X18s, 19’26’’devant le BUGGA ONE du pilote de Marrakech Jean Antoine SABATIER. Toujours du côté des autos, très belle performance du Belge Erwin IMSCHOOT qui place son TOYOTA Hilux en 3ème position, à 39’50’’ du vainqueur et du HUMMER H3 de Yuriy SAZONOV 2’03’’. Le grand perdant du jour est Jacky LOOMANS, victime d’un énorme plantage dont le Belge mettra plus d’une heure à se sortir. Un coup dur qui relègue l’ex leader du général en 5ème position à 49’36’’ du leader. En revanche, avec sa nouvelle performance, SERRADORI est à présent en tête de la catégorie auto avec une confortable avance de plus de 30 minutes sur SABATIER et 41 minutes sur SAZONOV.

Mais la véritable attraction de cette AFRICA ECO RACE® 2015 vient des camions puisque pour la première fois depuis la création de cette course en 2009, un de ces mastodontes du désert est en tête du classement général provisoire auto et camion. Il s’agit du KAMAZ du Russe Anton SHIBALOV, troisième aujourd’hui à 35’01’’ du meilleur temps. Un nouveau sans-faute qui permet au KAMAZ N° 401, très régulier depuis le début de la course, de mener la danse pour 58 petites secondes sur SERRADORI. Les autres camions ne sont pas en reste puisqu’on retrouve cinq T4 dans le top 10 du jour avec le Tchèque Tomas TOMECEK et son TATRA, 5ème à 40’29’’, le Russe Sergey KUPRIANOV sur le KAMAZ fonctionnant au gaz, 7ème à 49’, le MAN de la Portugaise Elisabete JACINTO, 8ème à 51’56’’ et enfin le Hongrois Miklos KOVACS, 9ème au volant de son SCANIA à 53’23’’. En revanche, la course est à priori terminée pour Gregoor BOUWENS dont le moteur de l’IVECO a rendu l’âme. Au classement général auto et camion, hormis SHIBALOV qui mène la danse, on retrouve TOMECEK en 7ème position à 56’34’’, juste devant KUPRIANOV à 1h33’07’’.

L’équipe d’organisation de l’AFRICA ECO RACE®, et notamment le PC Course, devraient connaître une courte nuit afin de ramener à bon port les concurrents en galère. Demain, ceux rentrés trop tard ou ayant besoin de réparer pourront faire l’impasse sur la boucle de 399 km autour d’Azougui. Pour les autres, ce sera une nouvelle grosse étape qui devrait permettre à certains de faire la différence et à d’autres de se racheter.

AFRICA ECO RACE® : Etape 8 - Le buggy de Marrakech reporte l’étape


Le sable du désert mauritanien fait des dégâts
 
Malgré une journée de galère pour beaucoup hier, seulement trois véhicules n’avaient pas rallié le bivouac d’Azougui ce matin, à savoir le camion de Noël ESSERS couché sur le flan au cœur des dunes, ainsi que David FRETIGNÉ et Bernard MONTAZ dont les motos étaient sur le camion balai. En revanche, onze concurrents auto, rentrés trop tard pour être au départ, ont passé la journée au bivouac pour réparer ou se reposer, faisant l’impasse sur cette étape N°8 en forme de boucle autour d’Azougui, pour tenter de reprendre la course demain. Du coup, ce sont 21 motos et 28 autos et camions qui se sont élancés à 8h00 pour une spéciale annoncée comme un des moments forts de cette AFRICA ECO RACE® 2015.


Une fois encore, les pilotes de la catégorie moto sont ceux qui se sont les mieux tirés des difficultés du jour puisqu’il ne manquait que 3 pilotes à l’arrivée à 17h00. Partis en 2ème position derrière Pal Anders ULLEVALSETER, Robert THEURETZBACHER a réussi à revenir sur le Norvégien et lui a emboité le pas tout au long de la journée pour remporter sa deuxième spéciale de cette édition 2015. Une situation ayant quelque peu irritée le leader du général qui a conseillé à l’Autrichien de bien nettoyer son filtre à air ce soir. Le vainqueur du jour a répondu que le fait de se contenter de suivre est la garantie de ne pas commettre d’erreur et d’ainsi conserver sa 2ème place au général. Un échange qui a occupé l’assistance à l’arrivée puisqu’il a fallu attendre presque 13 minutes pour voir arriver Ingo WALDSCHMIDT, 3ème du jour, devant Gilles VANDERWEYEN à 21’53’’ du Namibien. Du coup, le Belge voit revenir WALDSCHMIDT à moins de 30 minutes et la bataille pour la 3ème place s’annonce grandiose. Parmi les performances de la journée, signalons la 5ème place du solide Ukrainien Vadim PRITULYAK, le 9ème temps de l’italien Stefano PELLONI qui pestait de s’être perdu après le CP 1 alors qu’il avait rejoint les deux leaders et, toujours, le courage d’Anastasiya NIFONTOVA, 10ème en gardant le sourire à l’arrivée et ce, malgré un état d’épuisement largement visible.  


Victoire d’étape et deuxième place au général pour le buggy de Marrakech « BUGGA ONE »

Sur quatre roues, la journée a été beaucoup plus compliquée que pour les motards. En cause, un cordon de dunes d’où la plupart des concurrents ont eu toutes les difficultés du monde à se sortir. D’ailleurs, les écarts à l’arrivée sont impressionnants car, en dehors des cinq premiers, tous terminent à plus d’une heure et seulement une vingtaine sont rentrés en ayant validé la totalité des CP. Le grand gagnant du jour est Jean Antoine SABATIER dont le BUGGA ONE a avalé les 357 km de spéciale en un peu plus de cinq heures. A l’arrivée, beau joueur, le Franco Marocain soulignait les qualités de navigateur de Didier HAQUETTE, le copilote de Mathieu SERRADORI. En effet, le PREDATOR ouvrait la piste et SABATIER lui a emboité le pas jusqu’à 60 km du point stop où SERRADORI a dû s’arrêter pour changer une roue, abandonnant dans l’histoire un peu plus de 14 minutes. Malgré cela, suite au faux pas d’Anton SHIBALOV dont le KAMAZ est arrivé en 5ème position à près de 40 minutes, SERRADORI se retrouve ce soir en tête du classement général, 14’52’’ devant SABATIER. La seule auto quatre roues motrices à avoir réussi à tirer son épingle du jeu aujourd’hui est l’OSCAR du Russe Anton GRIGOROV, auteur du 3ème temps à 24’11’’, devant le KAMAZ de Sergey KUPRIANOV. Superbe performance également pour Patrick MARTIN puisqu’au volant de son VW TAREK, le Français s’est offert la 6ème place, devançant les Kazakhs Kanat SHAGIROV sur TOYOTA Hilux et Yuriy SAZONOV sur HUMMER H3. Ce type d’étape permet souvent de mettre sur le devant de la scène des amateurs performants dans les conditions difficiles. C’est le cas du Français Jack BRUN dont le BOWLER signe le 11ème temps au scratch, devant le Franco Sénégalais Thierry MAURY sur un Pick-up NISSAN et le Kazakh Marat ABYKAYEV, 13ème et premier T2.

Chez les camions, hormis les deux KAMAZ de Sergey KUPRIANOV, 4ème à 28’43’’ et Anton SHIBALOV, 5ème à 39’46’’, le MAN d’Elisabete JACINTO termine 9ème à près de deux heures, le SCANIA de Miklos KOVACS se classe 10ème à plus de deux heures alors que Tomas TOMECEK, pourtant spécialiste du sable, ne prend que la 14ème place à près de trois heures trente.

La  9ème étape de l’AFRICA ECO RACE® mènera les concurrents d’Azougui à Akjoujt avec une spéciale de 367 km à l’image de celles de ces deux derniers jours.
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.

AFRICA ECO RACE® 2015 : Etape 9 - Le Buggy de Marrakech en tête de la course


Le soleil est enfin revenu sur la Mauritanie avec, du coup, des températures plus conformes à la région. De quoi redonner du peps à la caravane de l‘AFRICA ECO RACE® 2015 pour entamer la dernière ligne droite du rallye. La bonne humeur était donc de mise ce matin au bivouac d’Azougui d’où était donné le départ de la spéciale de 367 km vers Akjoujt. D’autant plus que la liaison en assistance n’étant pas longue, beaucoup de membres de l’organisation et d’assistants étaient restés pour encourager les courageux rentrés dans la nuit et déjà alignés au départ.
 
Chaque jour qui passe rapproche un peu plus Pal Anders ULLEVALSETER de la victoire finale. Parti deuxième ce matin, le Norvégien s’est denouveau imposé en reléguant Robert THEURETZBACHER, son adversaire direct au général, à plus de 22’48’’. D’ailleurs, l’Autrichien qui avait pourtant bien marché jusqu’au CP 3, s’est égaré dans le dernier cordon de dunes, laissant la 2ème place du jour à Ingo WALDSCHMIDT. L’éleveur de volailles de Namibie adore le sable et il prouve, encore une fois, qu’il va falloir compter sur lui pour le podium final car il n’est plus qu’à 39 secondes de Gilles VANDERWEYEN. Le Belge a pourtant tout donné avec l’espoir de faire un résultat le jour de ses 42 ans. Il termine 4ème de la spéciale, sauvant in extremis sa 3ème place au général.
 
A noter que la catégorie moto a été très animée sur cette 9ème étape puisque du 4ème au 7ème, c’est à dire de Gilles VANDERWEYEN à Vadim PRITULYAK en passant par John Olav LINDTJORN et Norbert DUBOIS, les quatre pilotes se tiennent en 2’30’’ seulement. Une course très animée donc avec des pilotes tels que Julien SANCHEZ, Stefano PELLONI ou encore Anastasiya NIFONTOVA qui confirme en entrant à nouveau dans le top 10 et d’autres nouveaux qui pointent le bout de leurs nez comme le Slovaque Jan ZATKO ou le Britannique Robin POWELL. Un mot enfin sur David FRETIGNÉ qui, après avoir passé une petite nuit dans le désert bloqué dans un cordon de dunes trop difficile pour le gabarit de sa YAMAHA 1200 Super Ténéré, il est reparti ce matin avec toujours la même envie de découvrir les limites de cette machine de légende.
 
1er au classement général auto : le Bugga One de Marrakech !
 
Le véritable coup de théâtre de cette 7ème édition de l’AFRICA ECO RACE® est venu de la catégorie Auto. En effet, alors que Jean Antoine SABATIER était arrivé en première position depuis une dizaine de minutes et qu’il était en train de dire à la presse que Mathieu SERRADORI, retardé par une crevaison, ne devrait pas tarder à arriver, le PREDATOR N° 211 était effectivement en vue de tous. Mais, alors à 500 mètres de la cellule de chronométrage, le Buggy bleu s’est immobilisé soudainement. Didier HAQUETTE et Mathieu SERRADORI sont alors sortis de la voiture pour la pousser jusqu’à l’arrivée. Pour rien, puisque le Buggy a refusé de redémarrer, moteur bloqué. Une catastrophe pour l’équipage français qui avait jusqu’alors réalisé un sans faute et qui occupait, ce matin encore, la tête du classement général provisoire. Une immense déception surtout pour cet ex motard qui avait énormément investi pour préparer cette course. D’ailleurs, Mathieu SERRADORI a immédiatement quitté le bivouac pour rejoindre Nouakchott et s’envoler pour Paris afin d’être dès demain au travail à Fréjus pour tenter d’oublier cet abandon.
 
Du coup, l’horizon s’éclaircit pour Jean Antoine SABATIER, nouveau leader du général provisoire avec son Bugga One. Il dispose d’une cinquantaine de minutes d’avance sur le  sur le KAMAZ d’Anton SHIBALOV. Sur les deux dernières étapes mauritaniennes, le Franco Marocain devra cependant gérer sa course et la mécanique de son BUGGA ONE car, il est plutôt rare de voir les KAMAZ en difficulté et, outre SHIBALOV, Sergey KUPRIANOV est 3ème du général sur le 2ème KAMAZ fonctionnant au gaz. Autant dire que SABATIER n’a pas droit à l’erreur.
 
D’autant plus qu’ Anton GRIGOROV et son OSCAR signe à nouveau une belle performance en terminant 2ème de l’étape en auto à 9’13’’, devant Patrick MARTIN et son VW Tarek à 34’38’’. Derrière, les Kazakhs sont toujours bien présents avec Kanat SHAGIROV sur TOYOTA et Andrey CHEREDNIKOV sur HUMMER, respectivement 4ème et 5ème, devant Philippe PORCHERON qui refait surface en terminant 6ème au volant de son buggy, devant Yuriy SAZONOV et son H3. Les pays de l’Est qui monopolisent les places d’honneur au général puisqu’on retrouve trois Russes et trois Kazakhs plus un Tchèque dans le top 10.
 
Dans la catégorie camion, après sa journée de galère d’hier, Tomas TOMECEK a remis les pendules à l’heure aujourd’hui en imposant son TATRA devant le MAN d’Elisabete JACINTO et le KAMAZ de Sergey KUPRIANOV. Du coup, TOMECEK conforte sa 3ème place au général derrière KUPRIANOV et SHIBALOV sur les deux KAMAZ.
 
L’avant dernière étape mauritanienne devrait être le dernier gros morceau de l’AFRICA ECO RACE® 2015. Il s’agira d’une étape partant du bivouac d’Akjoujt pour arriver à Toueila avec une spéciale de 342 km comportant notamment un passage d’anthologie de dunes cathédrales qui laissera un souvenir inoubliable aux concurrents encore en course.
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.

AFRICA ECO RACE® : Etape 10 - UNE VRAIE ÉTAPE MAURITANIENNE


Lors du briefing quotidien hier soir, en présence de l’équipe d’ouverture de l’Africa Eco Race 2015 qui a terminé sa mission, René METGE a insisté sur le fait de bien vérifier ses caps et surtout de bien les conserver sous peine de perdre beaucoup de temps. Lorsqu’on choisi un cap, pour pouvoir le tenir, il suffit de prendre un point de repère à l’horizon. Or, ce matin, un fort vent de sable balayait la piste de cette 10ème spéciale entre Akjoujt et Akreidil, rendant la visibilité quasi nulle et par conséquent compliquant particulièrement la navigation. Ajoutez à cela un cordon de dunes particulièrement copieux à franchir entre le CP1 et le CP2 et vous obtenez une avant dernière étape Mauritanienne très difficile. Malgré cela, les différents leaders sont restés solides et aucun des classements généraux provisoires n’a connu de gros bouleversements.
 

En remportant ce matin sa 3ème spéciale depuis le début de cette 7ème édition de l’AFRICA ECO RACE®, Robert THEURETZBACHER a prouvé qu’il a désormais la vitesse et le sens de la navigation pour s’imposer sur l’épreuve. En effet, l’Autrichien a réalisé un sans faute, contrairement à Pal Anders ULLEVALESETER qui s’est égaré dans les cinquante premiers kilomètres. N’ayant perdu que 3’58’’ et conservant 2h28’10’’ d’avance sur THEURETZBACHER, ULLEVALSETER ne semblait pas traumatisé par sa 2ème place et se disait concentré sur l’ultime étape de demain, ainsi que sur la spéciale de dimanche au Lac Rose à Dakar. En revanche, comme on pouvait s’y attendre, Gilles VANDERWEYEN n’a pas réussi à conserver sa 3ème place au général face à Ingo WALDSCHMIDT, auteur lui aussi d’une spéciale quasi parfaite, alors que le Belge a concédé près de deux heures. Le bon résultat du jour est à mettre à l’actif de John Olav LINDTJORN, 4ème devant l’époustouflante Anastasiya NIFONTOVA, 5ème au guidon de sa HUSABERG 450, face à l’armada de KTM. Une véritable performance pour cette jeune femme russe qui semble plus rapide et solide chaque jour, à l’image du Franco Sénégalais Julien SANCHEZ sur YAMAHA, 6ème à 4’53’’ du numéro 113.
 
Une victoire d’étape de plus pour « Bugga One » de Marrakech.
 
En auto, c’est la première fois que Jean Antoine SABATIER semblait vraiment heureux à l’arrivée d’une spéciale. Il faut dire qu’en l’absence de toute trace balayée par le vent de sable, le Franco Marocain a roulé en aveugle toute la journée, laissant entièrement son destin entre les mains de Jean Luc ROJAT, son navigateur. En difficulté à plusieurs reprises depuis le début de l’AFRICA ECO RACE®, cette fois, le copilote a réalisé un sans faute, menant le BUGGA ONE à la victoire. Une étape de plus pour Bugga One, confortant encore sa place de leader au classement général. Sauf gros soucis, on se dirige vers une grande première, un véhicule Marocain vainqueur de l’Africa Eco Race. Mais attention, un rallye se termine quand on passe la ligne d’arrivée finale.
 
Derrière, les deux KAMAZ d’Anton SHIBALOV et Sergey KUPRIANOV se classent 2ème à 4’19’’ et 3ème à 5’52’’, devant le TOYOTA Hilux de Kanat SHAGIROV, de plus en plus performant. La troisième voiture à être sortie de la spéciale est le Buggy de Philippe PORCHERON, 7ème au scratch, suivi par l’étonnant NISSAN Patrol T2 de Marat ABYKAYEV. A noter l’entrée dans le top 10 d’une étape, pour la première fois depuis Nador, de Gintas PETRUS et son DESERT Warrior. Le Lituanien redresse ainsi la barre après une édition 2015 compliquée pour lui. Enfin, signalons qu’à 17h30, seulement 16 véhicules étaient sortis de la spéciale en auto et camion. Parmi ceux-ci, le MITSUBISHI Pajero de Guy CONTAZ, relativement loin au général mais très à l’aise depuis qu’il a posé ses roues dans les sables mauritaniens.
Chez les mastodontes du désert, en dehors des KAMAZ ayant encore trusté les deux premières places, Elisabete JACINTO a encore su tirer son épingle du jeu en terminant 3ème à une trentaine de minutes, devançant de plus de 12 minutes une nouvelle fois le TATRA de Tomas TOMECEK, victime d’un gros plantage en début de spéciale.
 
Ce samedi 10 janvier sera le départ de l’ultime étape mauritanienne de l’AFRICA ECO RACE® 2015, mais aussi et surtout du dernier secteur chronométré de cette 7ème édition. Cela signifie qu’à l’issue de cette spéciale de 201 km entre Toueila et Ghreidat Lighjoulé, le classement général sera établi et l’on connaitra les différents lauréats. Même si le parcours est connu des fidèles de l’Africa Eco Race puisque emprunté sur les deux dernières éditions, qu’il ne comporte pas de difficulté majeure, il y a toujours eu des surprises pour les places d’honneur. Il y a donc de grandes chances que certains aient du mal à trouver le sommeil ce soir au bivouac.
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.

AFRICA ECO RACE® : Etape 11 - Le triomphe du Bugga One de Marrakech…


Comme en 2014, l’arrivée de cet ultime secteur chronométré de l’Africa Eco Race avait été installé à une vingtaine de kilomètres de Nouakchott et comme l’année dernière, les sourires étaient de mise pour la grande majorité des concurrents. En effet, cette spéciale a été imaginée par René METGE et son équipe pour donner une dernière fois un maximum de plaisir aux finishers de l’AFRICA ECO RACE®.
 
 
Il n’y a eu aucun suspens dans la catégorie moto puisque Pal Anders ULLEVASETER a mis un point d’honneur à remporter cette dernière étape. Au guidon de sa KTM 450, le Norvégien a survolé la course sur deux roues et il était vraiment heureux de remporter l’AFRICA ECO RACE® qui, à son sens, représente exactement ce que doit être la discipline des Rallyes Tout Terrain. Derrière ULLEVASETER, Ingo « The Buschman » WALDSCHMIDT signe le 2ème temps du jour, devant l’Ukrainien Vadim PRITULYAK, 3ème et ce, malgré une fracture du nez contractée hier. A noter la grosse chute de Robert THEURETZBACHER, le 2ème du classement général, qui a cependant terminé à la 5ème position et a pu s’élancer dans la liaison pour Saint Louis après avoir été examiné par les médecins de la course. Au classement général moto, les positions sont donc inchangées et ULLEVALSETER a vraiment de beaux dauphins puisque THEURETZBACHER participait seulement à son 2ème rallye, alors que WALDSCHMIDT posait ses roues pour la première fois sur une épreuve africaine.
 
En auto, en signant sa 3ème victoire de spéciale, Jean Antoine SABATIER succède au palmarès de l’AFRICA ECO RACE® à Jean Louis SCHLESSER. Un véritable honneur pour ce pilote français de 50 ans qui vit à Marrakech, au Maroc, et d’ailleurs, Jean Luc ROJAT son navigateur en était plutôt ému à l’arrivée. Un succès logique après une course par élimination où le BUGGA ONE aura fait preuve d’une belle fiabilité et d’un très haut niveau de performances. La 2ème place du scratch à Ghreidat Lighjoulé est revenue à Andrey CHEREDNIKOV au volant de son HUMMER H3. Le Kazakh a devancé Patrick MARTIN est son Buggy VW Tarek alors que Philippe PORCHERON complète le podium du jour chez les deux roues motrices.
 
Dans la catégorie camion, bien que deuxième aujourd’hui derrière son compatriote et co équipier du Team KAMAZ MASTER Sergey KUPRIANOV, le Russe Anton SHIBALOV n’a laissé à personne le soin de remporter cette 11ème spéciale. Le vainqueur chez les mastodontes du désert déclarait à l’arrivée que cette édition 2015 de l’AFRICA ECO RACE® avait été beaucoup plus difficile que celle 2013 où il s’était imposé. Derrière SHIBALOV et KUPRIANOV, Tomas TOMECEK à également terminé 3ème de la spéciale et le Tchèque placera son TATRA sur la 3ème marche du podium installé au bord du Lac Rose à Dakar.
 
A l’issue d’une liaison de 291 km comportant le passage de la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal, les concurrents retrouveront le dernier bivouac de Saint Louis, une des grandes villes du Sénégal située aux confins de l'Océan, du Sahara et de la brousse. Après une dernière nuit sous le ciel étoilé du Sénégal, c’est le cœur léger que les finishers de l’AFRICA ECO RACE® s’élanceront demain dans l’ultime liaison vers Kayar, village de pêcheurs au bord de l’Océan Atlantique d’où le départ en ligne sera donné sur la plage. Les 24 derniers kilomètres de spéciale sonneront comme une récompense et même, pour certains, comme une délivrance. Le podium dressé sur les bords du Lac Rose sur lequel tous les héros de cette septième édition recevront leurs trophées devrait être, une fois encore, le théâtre de beaucoup d’émotion et de joie.
 
Portrait de Jean-Antoine Sabatier
 
Jean-Antoine Sabatier, 50 ans, d’origine Française, vit à Marrakech depuis de nombreuses années. Il est directeur de la société « Bugg’Afrique », spécialisée dans la location des buggys de Rallye Raid. Cette société tente à démocratiser l’accès à la pratique du Rallye Raid grâce à des véhicules hors du commun, les « Prédators ». Ces buggys, très performants et très simples, sont d’un coût beaucoup moins élevés que bon nombre de véhicules de course.
 
Bugg’Afrique permets aux amateurs de louer des véhicules, pour les courses ou pour les loisirs, organise des stages de pilotage et des incentives pour les sociétés. Ils proposent également des formules « tout compris » sur les rallyes au Maroc : location du véhicule, stage de conduite, assistance tout au long de la course, etc,… On a souvent vu de tels buggys, loués à Bugg’Afrique, être classés parmi les meilleurs sur des Rallyes Marocains.
 
Le buggy « BUGGA ONE » est taillé pour la course : moteur V8 Chevrolet, développant plus de 400CV, boite séquentielle Fortin, 8 amortisseurs, carrosserie en  Carbone Kevlar. Jean-Antoine Sabatier s’aligne régulièrement sur les courses marocaines et est familier avec les places d’honneur : Rallye Oilibya du Maroc, M’Hamid Express, Libya Rallye, 24H TT du Maroc et bien entendu l’Africa Eco Race.
 
Cette magnifique victoire ne manquera pas de booster les prestations de Bugg Afrique, en propulsant cette société dynamique sur le devant de la scène médiatique. Une victoire largement méritée, récompensant des années d’efforts.
 
Félicitation à Jean-Antoine Sabatier et merci de porter haut les couleurs du Maroc sur un évènement international d’une telle ampleur.
 
L’Africa Eco Race :
 
Cette course reprend le parcours mythique des rallyes d’antan, reliant Paris à Dakar, sur les traces de Thierry Sabine. Un vrai rallye avec toutes les valeurs de ce qui a fait la légende de ce type d’épreuve. Un rallye ou les amateurs ont encore leur place et toutes les chances de briller sur les podiums d’étapes, voir même au général. Un rallye qui a reçu ses lettres de noblesse avec la participation et les victoires de grands noms, tel Jean-Louis Schlesser, vainqueur incontesté des six dernières éditions. Et bien entendu, un rallye qui se déroule sous la direction de René Metge, une autre légende vivante des Rallye-Raid…
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.

Africa Eco Race 2015 – L’heure des bilans…


Sur les traces de Thierry Sabine
 
La magnifique victoire de Jean-Antoine Sabatier, au volant du Bugga One de Marrakech, a braqué les projecteurs sur ce rallye. L’Africa Eco Race reprend le parcours des Dakar d’antan, avant que cette course mythique ne s’expatrie en Amérique du Sud. Un vrai rallye qui démarre de France et se termine à Dakar, sur les rives du Lac Rose, là même où se déroulaient les arrivées du temps de Thierry Sabine.

 
En fin d’année, les amateurs de Rallye Raid ont le choix entre deux évènements. L’un affichant clairement des volontés commerciales à outrance, l’autre misant sur l’authenticité. Ceux qui choisissent l’Amérique du Sud sont confrontés constamment à cette logique de l’argent. Les participants payent très cher, pour n’être qu’un numéro anonyme, dans une foule d’autres numéros, participant à une course appelée « Rallye Dakar », mais ne voyant jamais la ville du même nom…. A l’Africa Eco Race, outre le fait que c’est nettement moins cher, tout le monde se connait, l’ambiance règne sur les bivouacs et tout le monde arrive à Dakar, même ceux qui sont hors classement. La philosophie est radicalement opposée.
 
Au niveau sportif, les étapes et le kilométrage n’a pas grand-chose à envier à d’autres rallyes d’envergure internationale. Une centaine de participants, dont des teams officiels, de différentes nationalités : Français, Russes, Kazaks, Belges, etc,… Le plateau est magnifiquement relevé et très homogène. De quoi assurer une belle bagarre aux premières places.
 
René Medge, l’organisateur de l’Africa Eco Race, est une personnalité des Rallyes Raids. Outre son palmarès personnel édifiant, avec notamment trois victoires au Dakar. Il fut également Directeur de course du Dakar en 1987. Mais aussi organisateur du Rallye Paris – Moscou – Pékin et la Transorientale. Sa volonté de faire revivre le « Vrai Dakar » l’a amené à créer cette course retraçant les grands exploits des premiers Dakar. L’aventure n’est pas un vain mot sur L’Africa Eco Race, et surtout, un concurrent amateur à toute les chances de se retrouver sur le podium, avec un budget de départ restant dans les limites du raisonnable.
 
Jean-Louis Schlesser, dont le nom est indissociable de l’Africa Eco Race, est lui aussi l’un des personnages les plus emblématiques du Rallye Raid. Au volant de son buggy, il a gagné les six précédentes éditions ! Ayant décidé de laisser la chance à d’autres pilotes de briller sur cette épreuve, cette année c’est depuis les airs, en pilotant son avion, qu’il a suivit la course, servant de relais radio aérien pour l’organisation. On comprend donc la joie et on mesure la performance de Jean-Antoine Sabatier, qui inscrit donc son nom à la suite du grand Jean-Louis en tant que vainqueur de cette course.
 
Des pilotes marocains intéressés pour les prochaines éditions
 
Harite Gabari, le motard Gadiri, malheureusement blessé sur la précédente édition et obligé de déclarer forfait sur celle-ci, à déjà annoncé qu’il fera tout ce qu’il peut pour être au départ de l’Africa Eco Race 2016. D’autres compétiteurs d’Agadir sont en recherche active de financements et de sponsors pour aligner un 4x4 au départ également en 2016. Et ce ne seront certainement pas les seuls. Un appel est donc lancé aux sociétés marocaines pour faire un bon accueil aux compétiteurs en recherche de sponsors, pour hisser haut les couleurs du Maroc sur une course qui se déroule en grande partie sur le territoire national. Un appel aussi aux médias marocains, chaines de télé et autres, pour assurer une belle couverture du rallye. A noter que l’Africa Eco Race est retransmise sur Eurosport tous les jours.
 
Une organisation « éco responsable »

AFRICA ECO RACE® affiche clairement sa volonté de donner au développement durable une réelle dimension en l’intégrant dans l’organisation quotidienne de la course grâce à des démarches et à un comportement éco responsable, en mettant l’accent sur la prise de conscience individuelle et quotidienne en matière d’écologie.
Par exemple, à l'issue des vérifications, l'organisation met en place des camions pour transporter les véhicules (Autos et Motos) et des bus pour les participants pour effectuer la liaison depuis la ville de départ jusqu'au port d'embarquement afin de limiter la production de CO2. Ceci permet aussi d'éviter la fatigue des pilotes et les accidents éventuels.

Egalement, un certain nombre de véhicules de l’organisation sont équipés de panneaux photovoltaïques afin de fournir de l’énergie toute la journée pour mener à bien leurs missions (chrono à l’arrivée, mise en ligne des classements ou simple alimentation des circuits électriques du véhicule).

L’organisation récupère les huiles de vidanges pour les recycler au retour en France.
L’économie africaine est mise en avant en faisant appel à des prestataires locaux pour l’installation et le nettoyage des bivouacs afin de ne laisser que des traces de pneus dans le désert.

De même, le parcours est défini en étroite collaboration avec les autorités des pays traversés afin d’éviter les zones à protéger comme les parcs nationaux.
Des projets durables.

En 2014, un des teams du Rallye a offert l’installation de panneaux photovoltaïques à une ONG « La Kaïma des petits » située dans le centre de Nouakchott.
«Planter plus d’un million d’arbres sur 2000 hectares autour de la ville de Nouakchott. C’est le défi que veut relever la capitale mauritanienne à l’horizon 2015. Objectif : faire obstacle à l’avancée des dunes de sable et aux incursions marines. 2000 hectares en quatre ans, à raison de 500 hectares par an ».

L'AFRICA ECO RACE® participe à l’implantation d’arbres dans Nouakchott, la capitale mauritanienne. Quelques milliers d’Eucalyptus seront plantés Avenue Gamal Abdel Nasser jusqu’à la Plage et vers le port afin de remplacer les arbres arrachés lors de la rénovation.
 
Au niveau des concurrents, cette année un camion Kamaz roulait au gaz naturel « GPL » et termine à une très belle place sur le podium. Preuve que des alternatives éco-responsables peuvent êtres trouvées pour la course automobile.
 
Il reste à souhaiter à tout le monde on bon retour dans leurs pays respectifs et aux organisateurs de nous préparer une magnifique édition de l’Africa Eco Race 2016.
 
Par : Marc d’Haenen – Correspondant Africa Eco Race.


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 1 Mai 2017 - 12:15 Afric Eco Race 2018

Jeudi 12 Janvier 2017 - 12:09 AFRICA ECO RACE® 2017 partie 2






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile