4x4-mag
4x4-mag

Le seul webzine Avec un maximum d'infos Sur le monde de l'Off Road au Maroc... Sur 2 ou 4 roues !


AFRICA ECO RACE® 2017 partie 2



L’AFRICA ECO RACE® est un Rallye Tout Terrain Africain reprenant les valeurs qui ont écrit la légende des Rallyes. Il plonge ses participants dans une ambiance typique, sur des pistes inédites faisant la part belle au pilotage, au cœur de paysages inoubliables comme seule l’Afrique peut offrir.
Convivialité, authenticité, solidarité et sportivité sont les maîtres mots de cette épreuve permettant à un maximum de concurrents, de rejoindre le mythique Lac Rose à Dakar.



MARDI 10 JANVIER 2017 TIWILIT / AZOUGUI ESS 8: LA BATAILLE DE MAURITANIE A COMMENCÉ

Etape : 453 km
LIAISON TIWILIT / ELB JRAIK : 23 km
Secteur Sélectif ELB JRAIK / AZOUGUI : 425 km
Transfert bivouac : 5 km
Cette 8ème étape entre Tiwilit et Azougui ne comportait pas de difficulté majeure. Pourtant il s’est passé pas mal de choses entrainant la modification des podiums provisoires, aussi bien en moto qu’en auto. Plus que jamais cette 9ème édition est ouverte et à trois jours de l’issue, bien malin est celui qui donnera les noms des vainqueurs Moto et Auto.
Tout au long de sa longue carrière, Pal Anders ULLEVALSETER a toujours été un modèle de fairplay. Il vient encore d’en faire la démonstration sur cette spéciale entre Elb Jraik et Azougui longue de 425 kilomètres. Parti en tête ce matin, le Norvégien avait été rapidement rattrapé puis doublé par Gev SELLA. Le jeune Israélien a même compté un peu plus de 8 minutes d’avance sur son adversaire. Hélas, au CP3, la KTM de SELLA s’est immobilisée en panne sèche de carburant. Un vrai coup dur pour le leader de l’épreuve. Mais depuis la première édition de l’AFRICA ECO RACE, on ne compte plus les gestes de solidarité entre participants et même entre adversaires. C’est ça, l’ambiance unique de l’AFRICA ECO RACE. Aujourd’hui encore, la catégorie moto n’a pas échappé à la règle puisque Pal Anders ULLEVALSETER s’est arrêté pour dépanner Gev SELLA. Un geste que le Norvégien commentait à l’arrivée : « Je me suis arrêté naturellement, comme je l’ai toujours fait pour aider un motard ayant un problème. Je lui ai donné un peu d’essence. Je voyais bien dans ses yeux qu’il aurait voulu plus mais ce n’était pas possible car je devais aussi penser à moi. Il a réussi à terminer, c’est le principal ! » Un gentleman le double vainqueur de l’épreuve ! Suite à cet incident, Gev SELLA, a dû rouler doucement pour rejoindre l’arrivée, perdant du coup 13’23’’ sur Pal Anders ULLEVALSETER qui s’est adjugé sa deuxième victoire de spéciale consécutive. Harite GABARI, que nous avions à tord annoncé hors course hier, puisque sur l’AFRICA ECO RACE cette sanction n’arrive qu’après trois étapes non validées, a obtenu une magnifique 3ème place à 15’54’’.
Encore une fois il a fallu attendre un long moment pour voir arriver les autres deux roues avec Martin BENKO 4ème à 47’46’’, Jan ZATKO 5ème à 55’21’’ et Stefano PELLONI à 56’09’’.
Aleksandr MAKSIMOV avec son Quad YAMAHA est toujours dans le peloton de tête puisque le Russe termine 7ème à 56’09’’.
Chaque jour apportant son lot de mauvaises nouvelles, c’est aujourd’hui Paolo CECI qui n’a pas échappé à la règle. L’italien a en effet cassé l’embrayage de sa HONDA Africa Twin juste avant le CP1 et il rentrera donc sur le camion balai.
Au classement général, Gev SELLA conserve le leadership mais il voit revenir sur lui Pal Anders ULLEVALSETER à 36’24’’. Autant dire pas grand-chose lorsque l’on regarde ce qu’il reste comme chemin à parcourir jusqu’à Dakar. Pour la troisième marche du podium, rien n’est encore joué entre Martin BENKO, Stefano PELLONI et Jan ZATKO, séparés d’une trentaine de minutes.

SERRADORI DEUX ANS APRÈS.
Il y a tout juste deux ans, c’est à Azougui, joli village mauritanien planté au cœur des dunes, que Mathieu SERRADORI avait remporté la première spéciale de sa carrière en Rallye Tout Terrain au volant d’un « petit » Predator. Depuis, le pilote français a obtenu d’autres succès avec son Buggy SRT, notamment la Coupe du Monde FIA 2016 en deux roues motrices. Il s’impose aujourd’hui pour la seconde fois depuis le passage de l’AFRICA ECO RACE en Mauritanie. Autant dire qu’il avait le sourire à l’arrivée : « Ayant été retardé hier par le système de gonflage des pneus, nous avions décidé aujourd’hui de nous en passer et donc de jouer le tout pour le tout. Fabian LURQUIN, mon navigateur a fait un sans faute et j’ai attaqué tout au long de la spéciale pour ne pas m’ensabler. Le résultat est là et je suis très heureux de m’imposer ici où j’avais créé la surprise en 2015. C’est pour vivre de tels moments que je fais de la compétition ! »



 

Tous s’accordaient à dire que cette spéciale était magnifique pour la vue et pour le pilotage. Cependant, il y a fort à parier qu’Andrey KARGIMOV, au volant de son KAMAZ, n’a pas eu le temps d’admirer les paysages puisqu’il signe le 2ème temps à 7’53’’ du vainqueur.
Le premier du classement camion devance de 40 secondes le Buggy LCR30 de Patrick SIREYJOL, enfin épargné par les problèmes de direction assistée.
Beau retour également aux avants postes pour les deux Buggies OPTIMUS de Pascal THOMASSE et Guillaume GOMEZ, respectivement 4ème et 5ème, mais également pour le Bugga One de Jean Antoine SABATIER, 6ème, devant Remy VAUTHIER dont l’OPTIMUS a été entièrement reconstruit dans la nuit, et Miroslav ZAPLETAL toujours aussi redoutable au volant de son HUMMER.
Décidément le tracé du jour a été plutôt favorable aux camionneurs puisque Sergey KUPRIANOV termine 9ème avec son KAMAZ hybride, 14 secondes devant le TATRA de Jaroslav VALTR.
Ce mardi 10 janvier n’était pas vraiment la journée des deuxièmes du général puisque après Paolo CECI en moto, c’est Andrey CHEREDNIKOV qui a perdu gros aujourd’hui. En effet, après avoir percuté un Buggy cherchant sa route en slalomant dans les dunes, le FORD RAPTOR est resté immobilisé de longues minutes pour réparer le radiateur percé dans l’incident. Au final, plus d’une grosse heure de perdue et cinq places au général.
Ce genre d’étape un peu moins difficile permet aussi à certains concurrents ayant eu des problèmes mécaniques à un moment donné de se refaire une santé moralement. Ce fut le cas aujourd’hui pour Xavier LORMAND, 18ème sur le plus petit Buggy du plateau, de Miklos KOVACS, 21ème au volant de son magnifique SCANIA ou encore de Philippe BOUTRON, 22ème avec le Buggy SODICARS.
Un mot pour finir sur Thierry MAGNALDI. A l’heure où nous écrivons ces lignes, tout le Team Two Wheels Drive fait route directement vers Dakar. En effet, hier, le second moteur du Buggy de Thierry MAGNALDI et François BORSOTTO ayant également donné des signes de faiblesse après la spéciale, la décision de ne pas poursuivre la course a été prise.
En ce qui concerne le classement général Auto / Camion, bien que 11ème aujourd’hui avec sa MINI, Vladimir VASILYEV continue de mener la danse avec 1h34’42’’ d’avance sur Pascal THOMASSE. Un matelas d’autant plus confortable pour le Russe car le Français est sous la menace direct du KAMAZ de Andrey KARGINOV, 3ème à seulement 6’27’’ de l’OPTIMUS.
Cette AFRICA ECO RACE 2017 est décidément de plus en plus passionnante et les deux jours à venir pourraient encore apporter quelques rebondissements, comme ce fut le cas sur les deux dernières éditions.

Les classements du jour:

 
08mg.pdf 08MG.pdf  (386.84 Ko)
08as.pdf 08AS.pdf  (365.65 Ko)
08ag.pdf 08AG.pdf  (365.76 Ko)
08ms.pdf 08MS.pdf  (387.04 Ko)

MERCREDI 11 JANVIER 2017 AZOUGUI / AKJOUJT ESS 9 LES LEADERS NE PLIENT PAS

Après une nuit plutôt frisquette sur le plateau d’Azougui, les concurrents de l’AFRICA ECO RACE 2017 se sont élancés dans cette 9ème étape tracée entre Azougui et Akjoujt, village à mi-chemin entre Atar et Nouakchott. Au programme du jour, une spéciale de 391 km moitié dunes, moitié piste rapide et technique, sans oublier une grosse part de navigation. Encore de quoi perdre beaucoup de temps. Heureusement, ce ne fut pas le cas pour les leaders des différentes catégories qui ont, au contraire conforter leurs positions.

SELLA TOUJOURS AUSSI ÉTONNANT
Il fallait entendre la transmission radio de René METGE avec le PC Course ce matin, alors que le Directeur Sportif de l’AFRICA ECO RACE survolait la moto de tête dans le premier tronçon de dunes : « Je suis au dessus du 128. Il fait sa propre trace complètement en dehors de celles des ouvreurs. C’est très impressionnant et beau à voir ! » Le pilote N°128 en question est Gev SELLA, ce jeune Israélien de 18 ans qui participe à son premier grand Rallye Tout Terrain, leader du classement moto et qui a encore dominé ses adversaires aujourd’hui.
A commencer par Pal Anders ULLEVALSETER, 2ème au général qui concède 7’41’’. A l’arrivée, le Norvégien a, une fois de plus, félicité son jeune adversaire et il lui a demandé s’il jouait beaucoup avec sa console de jeu. En effet, Gev donne tellement l’impression que tout est facile que cela pourrait s’expliquer par un entrainement virtuel intensif. Une plaisanterie mais aussi une façon de relativiser une situation qui doit tout de même être difficile à vivre pour ce grand champion dominé de 44’05’’ au général par un gamin.
Derrière le duo infernal, Paolo CECI toujours en course, malgré un tour sur le camion balai grâce au règlement de l’AFRICA ECO RACE, a signé le 3ème chrono du jour à 27’42’’.
L’italien devance Jan ZATKO et Martin BENKO. Un binôme Slovaque qui s’est bien complété aujourd’hui puisque le premier a emmené l’autre dans les dunes et inversement sur les portions rapides.
Guillaume MARTENS signe à nouveau le 6ème temps du jour et conforte sa place de leader du classement « Malle Moto MOTUL ».
Belle performance également du pilote Portugais Didier FREDERICO, 7ème du jour après avoir, lui aussi, connu le balai hier pour une casse moteur.
Aleksandr MAKSIMOV entre à nouveau dans le top 10 avec son Quad. Il ne reste que deux jours de course et le Russe pourrait bien devenir le premier quadeur à monter sur le podium de l’AFRICA ECO RACE au Lac Rose à Dakar.

 

LA PREMIÈRE DE SIREYJOL

Depuis le début de cette 9ème édition de l’AFRICA ECO RACE, Patrick SIREYJOL, qui figurait clairement parmi les favoris en Auto, n’a connu qu’une seule étape claire, confronté à des problèmes récurrents de direction assistée. La solution a heureusement été trouvée depuis hier avec une 3ème place à la clé. Aujourd’hui, le pilote CUMMINS avait prévenu François Xavier BEGUIN son copilote en lui demandant de s’appliquer particulièrement sur le road book car il était bien décidé à attaquer. Mission accomplie des deux côtés puisque le Buggy LCR30 signe le meilleur temps grâce à un sans-faute de l’équipage.
Une première victoire devant le HUMMER de Miroslav ZAPLETAL à seulement 50 secondes.
Derrière, on retrouve Guillaume GOMEZ, toujours aussi performant sur son OPTIMUS à 5’58’’, mais aussi Andrey CHEREDNIKOV dont le FORD Raptor avait retrouvé des couleurs, et Jean Antoine SABATIER qui renoue avec le Top 5 au volant de son BUGGA ONE.
Une fois encore, Dominique HOUSIEAUX fait preuve de régularité et termine 6ème à 9’46’’. En se classant 7ème de la spéciale, Vladimir VASILYEV continue visiblement de contrôler la course. En revanche, très mauvaise opération et première contre-performance pour Pascal THOMASSE bloqué un long moment par des rochers en bas d’une dune. Dans l’histoire, son Buggy OPTIMUS ayant subi quelques dégâts, le Français a perdu plus d’une heure et le voilà seulement 6ème au général. Il n’est pas le seul à avoir été victime de ces rochers puisque Mathieu SERRADORI, encore une fois bien parti pour signer le scratch, a arraché le train arrière de son Buggy SRT. Un scénario qui se reproduirait pour le Français s’il était contraint à l’abandon car il y a deux ans, il avait abandonné à Akjoujt au lendemain de sa victoire à Azougui.
Au classement général, Dominique HOUSIEAUX fait la bonne opération de la journée puisqu’il s’empare de la 2ème place à tout de même 2h02’38’’ de VASILYEV. Il est sous la menace directe de Miroslav ZAPLETAL, 3ème à 2h06’59’’. Pour sa seconde participation, Guillaume GOMEZ est 4ème à 2h23’49, juste devant Andrey CHEREDNIKOV à 2h28’04’’ et Pascal THOMASSE 2h34’42’’. Un peu plus de 32 minutes entre le 2ème et le 6ème. Lorsqu’on sait qu’à deux jours de l’arrivée, il reste encore plus de 600 kilomètres de spéciales sur des terrains plutôt compliqués, ce n’est pas prendre beaucoup de risque que de dire que tout peut encore changer.

VALTR CONTINUE SON SHOW.
Le moins que l’on puisse dire est que le Team KAMAZ n’a pas passé une journée trop tranquille sur cette 9ème étape puisque pour la première fois depuis très longtemps, aucun des deux camions Russes ne monte sur le podium du jour. Sergey KUPRIANOV s’est ensablé très profondément et son co-équipier Andrey KARGINOV a perdu beaucoup de temps à l’aider à se sortir de ce mauvais pas.
Pendant ce temps, Jaroslav VALTR sortait la spéciale parfaite au volant de son TATRA, s’offrant le 8ème temps Auto / Camion. Le Tchèque devance son compatriote Tomas TOMECEK, 11ème et le Hongrois Miklos KOVACS 15ème sur son SCANIA. Au général, KARGINOV est 7ème au scratch et 1er camion. Le Russe compte plus d’une heure et vingt minutes d’avance sur VALTR, alors que TOMECEK est 3ème, à plus d’une heure et quinze minutes du deuxième.

 
09ag.pdf 09AG.pdf  (365.81 Ko)
09ms.pdf 09MS.pdf  (386.64 Ko)
09mg.pdf 09MG.pdf  (386.49 Ko)
09as.pdf 09AS.pdf  (365.38 Ko)

JEUDI 12 JANVIER 2017 AKJOUJT / AKJOUJT ESS10 L’ÉTAPE LA PLUS COSTAUD

Etape : 482 km Liaison BIVOUAC / AKJOUJT : 29 km
Secteur Sélectif AKJOUJT / AKJOUJT : 424 km Liaison AKJOUJT / BIVOUAC : 29 km
La première moto a mis 5h27’12’’ pour parcourir les 424 kilomètres de cette boucle Akjoujt / Akjoujt. Et ce même pilote cumule plus de 40 heures en course sur les 10 étapes de l’AFRICA ECO RACE 2017. Autant dire que cette 9ème édition est plutôt copieuse au niveau du temps passé sur la piste. Aujourd’hui, tous les concurrents à l’arrivée disaient avoir effectué la spéciale la plus dure depuis le début. A raison car cette dernière journée en Mauritanie a fait des dégâts, surtout en Auto où la course au podium a été relancée, sans toutefois remettre en question la première place. A 20h00, heure de Mauritanie, il restait encore 10 autos et 4 motos sur la spéciale.

SELLA INTOUCHABLE
Compte tenu du niveau de difficulté de l’étape, du fait que Pal Anders ULLEVALSETER l’ait déjà effectué à deux reprises et de la très faible expérience de Gev SELLA, qui aurait pu imaginer un instant que le jeune Israélien en sortirait vainqueur ? Pas grand monde ! A tord puisque Gev SELLA s’est imposé, reléguant Pal Anders ULLEVALSETER à 10’29’’, portant son avance au général à 54’24’’ sur son adversaire Norvégien. Le tout en toute décontraction, sans donner l’impression d’avoir dû forcer. Il était même admiratif de Pal Anders à l’arrivée : « Pal est le King des dunes. Il m’impressionne dans sa façon de les passer. J’apprends énormément à son contact et j’espère que je serai un jour aussi fort que lui dans cet exercice. »
Ce à quoi Pal Anders ULLEVASETER répond : « Je suis peut-être le King des dunes. Le problème est que lui est le King de tout le reste, la navigation, le feeling, le pilotage à haute vitesse, les trajectoires, etc… » Comme tous les jours un dialogue bien sympa entre les deux pilotes KTM qui survolent cet AFRICA ECO RACE 2017 sur deux roues.
Derrière, en l’absence d’Harite GABARI qui a cassé son deuxième moteur hier, Paolo CECI prend la 3ème place du jour avec la HONDA Africa Twin à 39’26’’.
Martin BENKO, qui a déclaré avoir fait la spéciale la plus difficile de sa carrière, se classe 4ème à 1h06’15’’ et Stefano PELLONI, heureux comme un vainqueur à l’arrivée, est 5ème à 1h13’00’’.
L’italien devance Alexandre Vivien AZINHAIS puis Yan ZATKO, séparés seulement par 5 secondes à l’avantage du Portugais.
Le Hollandais Guillaume MARTENS est toujours le premier des pilotes « Malles Moto MOTUL » à boucler la spéciale à 1h48’03’’ en 8ème position. Le Suédois Anders BERGLUND sur HUSABERG et le Russe Aleksandr MAKSIMOV au guidon du Quad YAMAHA complètent le top 10.
Demain, l’ultime secteur sélectif ne devrait être qu’une formalité pour le jeune Gev SELLA puisqu’il possède près d’une heure d’avance sur Pal Anders ULLEVALSETER. S’il réussissait l’exploit de garder cette première place acquise depuis la 3ème étape, il entrerait dans la légende des Rallyes Tout Terrain en devenant le plus jeune pilote de l’histoire de la discipline à remporter un Rallye majeur.


 

LA VENGEANCE DE SABATIER

« Mettre plus de 15 minutes à la MINI, rien que pour cela, je ne regrette pas d’être venu ! » Telle est la réaction qu’a eu Jean Antoine SABATIER, le vainqueur de cette boucle Akjoujt / Akjoujt en apprenant l’écart de 15’33’’ le séparant de la MINI de Vladimir VASILYEV, son dauphin du jour. Comme en 2015, une victoire méritée pour le Franco Marocain sur cette spéciale décrite par tous comme la plus difficile. Seul un ensablement du BUGGA ONE a couté 8 minutes à SABATIER alors que tous ses adversaires ont connu beaucoup plus de tracas. A commencer par Andrey CHEREDNIKOV dont le FORD Raptor a été complètement détruit après plusieurs tonneaux à 40 kilomètres de l’arrivée. Autres victimes de cette journée, Pascal THOMASSE qui a arraché un triangle de son OPTIMUS, Balazs SZALAY dont le Proto OPEL n’était toujours pas sorti de la spéciale à 20h00 et Victor KHOROSHAVTSEV, obligé de rejoindre le goudron en raison de problème de boite de vitesse sur son Proto BMW X3. A noter que CHEREDNIKOV et SZALAY pointaient respectivement en 5ème et 10ème position au général avant cette 10ème étape.
C’est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres et notamment de ceux qui ont plutôt bien marché aujourd’hui. A commencer par Miroslav ZAPLETAL, 3ème temps du jour en Auto, devant Guillaume GOMEZ, 5ème, Dominique HOUSIEAUX, 6ème, Jean Noël JULIEN, 8ème et Rémy VAUTHIER 10ème. Quatre OPTIMUS dans les dix premiers, difficile de faire mieux. Cependant, deux de ces pilotes du Team MD Rallye Sport n’étaient pas satisfaits de leur journée à savoir Dominique HOUSIEAUX qui perd la 2ème place du général au bénéfice du HUMMER de Miroslav ZAPLETAL et Guillaume GOMEZ qui, sans deux ou trois erreurs, aurait sans aucun doute remporté la timbale.
Au classement général, Vladimir VASILYEV est toujours installé au commandement avec 2h08’10’’ d’avance sur ZAPLETAL et 2h15’03’’ sur Dominique HOUSIEAUX. A moins d’une catastrophe sur la dernière spéciale, le Russe devrait inscrire son nom au palmarès de l’AFRICA ECO RACE.

TOMECEK TOUJOURS AUSSI SOLIDE
L’autre TATRA, plus moderne, de Jaroslav VALTR, se classe 2ème dans la catégorie Camion et 7ème au scratch du jour en devançant le KAMAZ d’Andrey KARGINOV de plus de 9 minutes. Au général Andrey KARGINOV est toujours le leader incontesté puisqu’il possède plus d’une heure d’avance sur Jaroslav VALTR et deux heures sur Tomas TOMECEK. Là encore, il n’y a plus vraiment de suspens.
Tomas TOMECEK a remporté à trois reprises l’AFRICA ECO RACE. Il est l’homme des conditions extrêmes et même si son « vieux » TATRA est parfois dépassé dans les secteurs roulants, il n’y a pas mieux pour avaler les dunes. Le Tchèque n’a donc pas raté l’occasion de briller sur cette boucle d’Akjoujt en signant le 4ème temps des Autos / Camions et en remportant la victoire chez les mastodontes du désert.
 
10mg.pdf 10MG.pdf  (386.71 Ko)
10ms.pdf 10MS.pdf  (388 Ko)
10ag.pdf 10AG.pdf  (364.84 Ko)
10as.pdf 10AS.pdf  (365.08 Ko)

VENDREDI 13 JANVIER 2017 AKJOUJT / SAINT LOUIS ESS 11 DIFFICILE JUSQU’AU BOUT

Etape : 546 km Départ du bivouac Secteur Sélectif AKJOUJT / FIMLIT : 208 km
Liaison FIMLIT / SAINT LOUIS : 338 km
Cette ultime spéciale ne comportait en principe aucune difficulté. C’était sans compter sur le vent qui s’est mis à souffler ce matin sur le désert mauritanien, réduisant considérablement la visibilité et empêchant de distinguer tout relief puisque le ciel avait la même couleur blanche que le sable. Heureusement, cela n’a pas empêché la course de se dérouler normalement. La dernière opportunité de briller pour certains et, au contraire, la dernière occasion de faire preuve de prudence pour d’autres afin de ne pas réduire à néant deux semaines d’efforts. Au final, aucun changement n’est à signaler. Gev SELLA en Moto, Vladimir VASILYEV en Auto et Andrey KARGINOV en Camion seront sacrés demain au Lac Rose lors de la cérémonie de remise des prix.

CECI POUR L’HONNEUR
Le départ de la dernière spéciale d’un Rallye est toujours un moment un peu spécial car tout peut arriver, le bon comme le mauvais. L’AFRICA ECO RACE n’échappe pas à la règle et ce matin, au CH départ du bivouac d’Akjoujt, balayé par un fort vent bien frais, l’heure était à la concentration. Tout d’abord pour Gev SELLA, ce tout jeune pilote de 18 ans, à moins de deux heures de remporter sa première grande victoire et forcément, un peu stressé. Ensuite pour Pal Anders ULLEVALSETER, toujours aussi détendu, voir souriant malgré sa deuxième place. Enfin pour Paolo CECI, bien décidé à faire parler les chevaux de sa HONDA Africa Twin sur cette portion de 220 kilomètres plus roulante
Malgré la difficulté de se diriger du fait du manque de visibilité et une chute pour éviter un véhicule sur la piste, l’Italien Paolo CECI était décidément trop rapide pour ses adversaires. Il avait donc un large sourire à l’arrivée en répondant au question des journalistes : « Je suis bien sûr un peu déçu d’avoir eu un problème d’embrayage qui m’a privé du podium. En même temps je suis très satisfait de ma première sortie avec cette « grosse » moto qu’est la HONDA Africa Twin avec lequel j’ai pris beaucoup de plaisir. Je n’étais jamais venu sur l’AFRICA ECO RACE et je suis agréablement surpris de la qualité de cette course et de l’ambiance qu’il y règne. Fabrizio MEONI était amoureux de l’Afrique et du Dakar en Afrique. Je suis sûr que s’il était encore avec nous, il serait sur cette course et non ailleurs. Alors je vais faire comme s’il était là et je vais revenir l’année prochaine. » Une bien belle déclaration d’un pilote parmi tant d’autres toutes aussi élogieuses les unes que les autres.
Parmi les animateurs du jour, Pal Anders ULLEVALSETER a tout donné mais en vain. Le Norvégien n’était pas amer pour autant et soulignait la qualité de ses adversaires du jour et de la course.
Il se classe 2ème de la spéciale devant Gev SELLA qui a préféré faire preuve de prudence pour ne pas hypothéquer ses chances de victoire. Mission accomplie sans faiblir pour le jeune Israélien, avec beaucoup de simplicité et même de discrétion. A n’en pas douter, une étoile est née dans la catégorie Moto sur l’AFRICA ECO RACE et elle n’a pas fini de briller.
Parmi les autres lauréats de cette édition 2017, derrière SELLA et ULLEVALSETER, le Slovaque Martin BENKO complète le podium.
Il termine devant son compatriote Jan ZATKO qui, à 61 ans, a réalisé encore cette année une sacrée performance.
L’italien Stefano PELLONI était également tout heureux de finir cette course qu’il avait dû abandonner sur blessure en 2016 avec, à la clé, 35 jours d’hôpital.
Mention spéciale aussi au Hollandais Guillaume MARTENS, 6ème du général et premier des pilotes sans assistance, appeler « Malles Motos » puisque assistés par un camion d’organisation en partenariat avec MOTUL. A noter que sur les 11 pilotes inscrits dans cette catégorie au départ, 7 sont à l’arrivée, dont la seule femme de la course Julie VANNEKEN en 21ème position.
Un mot enfin sur le Russe Aleksandr MAKSIMOV, 7ème du général au guidon de Quad YAMAHA. Il est le premier quadeur à aller au bout de l’AFRICA ECO RACE.

 

ET DE TROIS POUR SERRADORI

Même état d’esprit et même concentration en Auto puisque la problématique était la même que sur deux roues avec un leader, Vladimir VASILYEV, ayant pas mal d’avance sur ses adversaires directs. En revanche, derrière, des écarts très faibles pour les places sur le podium et une certaine pression également palpable au départ. A l’arrivée, les choses n’ont pas vraiment traîné puisque Vladimir VASILYEV a réalisé un temps canon avec sa MINI, validant définitivement sa première place. Le Russe, parfaitement co piloté par Konstantin ZHILTSOV a réalisé un véritable sans-faute, contrairement à tous ses adversaires qui ont, à un moment ou un autre, connu un problème.
Idem pour la 2ème place puisque Miroslav ZAPLETAL a également fait parler la poudre avec son HUMMER pour réaliser un meilleur temps que Dominique HOUSIEAUX et ainsi valider la 2ème place, devant le Français, bien heureux d’être sur le podium et de remporter également la catégorie « Deux Roues Motrices ».
Parmi les bons résultats du jour, il convient de souligner le 7ème temps de Xavier LORMAND et Guillaume JORDA, surnommés les Flamands Roses, sur leur Buggy PREDATOR équipé du plus petit moteur du plateau. Une fin de course en apothéose pour ces bouts en train du bivouac qui devrait leur permettre de revenir mieux armés l’année prochaine.
En revanche, il faut parler d’exploit pour qualifier la performance de Mathieu SERRADORI aujourd’hui. En effet, après avoir, pour la énième fois reconditionné la voiture une partie de la nuit, le Français a survolé la spéciale à la vitesse moyenne de 129 km/h avec des pointes à près de 200 km/h. Le tout en partant 30ème et avec une visibilité de moins de 100 mètres. Il s’est donc adjugé le meilleur temps avec, à la clé, son 3ème succès et le record de victoires sur cette édition 2017 en Auto. Une mince consolation après trois abandons pour celui qui venait pour la victoire.
Dans les différentes catégories spécifiques, en se classant 13ème, le Français Patrick MARTIN remporte la catégorie « Deux Roues Motrices Diesel », le Kazakh Marat ABYKAYEV s’impose en T2, la catégorie des véhicules de série, Frédéric PITOUT remporte la catégorie T3 des SSV avec une belle 18ème place et Xavier LORMAND empoche la catégorie Open en plaçant son Buggy 222 en 22ème.
 
11mg.pdf 11MG.pdf  (386.9 Ko)
11as.pdf 11AS.pdf  (363.12 Ko)
11ag.pdf 11AG.pdf  (363.47 Ko)
11ms.pdf 11MS.pdf  (386.5 Ko)

SAMEDI 14 JANVIER 2017 SAINT LOUIS / DAKAR LE LAC ROSE AU BOUT DE L'EFFORT

Etape : 292 km Liaison SAINT LOUIS / NIOKHOB
Secteur Sélectif NIOKHOB / LAC ROSE : 22 km Liaison LAC ROSE / DAKAR : 40 km
Comme toujours, il régnait une ambiance sympathique à Saint Louis sur le dernier bivouac puisque les participants ont été rejoints par leurs amis, partenaires ou proches. Après une nuit sous le magnifique ciel étoilé du Sénégal, il était 8h00 ce samedi 14 janvier 2017 lorsque la première moto s’est élancée dans la dernière liaison de l’AFRICA ECO RACE 2017 de 292 km vers Niokhob, village de pêcheurs au bord de l’Océan Atlantique. C’est d’ailleurs depuis la plage qu’a été lancé le départ de l’ultime spéciale de 22 kilomètres.
Un sprint, pour la gloire uniquement puisque le classement est figé depuis la veille, remporté en Moto par le Norvégien Pal Anders ULLEVALSETER devant l’Israélien Gev SELLA à 9’’, tous deux sur KTM. L’Italien Paolo CECI place sa HONDA en 3ème position à 1’12’’.
En Auto, performant depuis le début du Rallye, Guillaume GOMEZ n’a pas manqué l’occasion de briller une dernière fois. Le Français a imposé son Buggy OPTIMUS devant Pascal THOMASSE, également sur OPTIMUS, à 30’’ et Jean Antoine SBATIER au volant se son BUGGA ONE à 46’’.
A l’issue de cette spéciale, tous les lauréats de l’AFRICA ECO RACE 2017 ont été récompensés, célébrés et photographiés sous l’arche d’arrivée. Une cérémonie ponctuée d’un déjeuner en présence des membres de la Fédération Sénégalaise Auto et Moto, de représentants des Ministères des Sports et du Tourisme, des élus locaux et des partenaires de l’AFRICA ECO RACE 2017.
Tout le monde s’est accordé à dire que cette édition 2017 est une réussite absolue et a bien sûr promis de revenir en 2018, pour la 10ème édition de l’AFRICA ECO, la seule et unique course pour Dakar !
 



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 1 Mai 2017 - 12:15 Afric Eco Race 2018

Dimanche 4 Décembre 2016 - 20:26 AFRICA ECO RACE® 2017






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile