4x4-mag
4x4-mag

Le seul webzine Avec un maximum d'infos Sur le monde de l'Off Road au Maroc... Sur 2 ou 4 roues !



AFRICA ECO RACE® 2016 partie 1



L’AFRICA ECO RACE® est un Rallye Tout Terrain Africain reprenant les valeurs qui ont écrit la légende des Rallyes. Il plonge ses participants dans une ambiance typique, sur des pistes inédites faisant la part belle au pilotage, au cœur de paysages inoubliables comme seule l’Afrique peut offrir.
Convivialité, authenticité, solidarité et sportivité sont les maîtres mots de cette épreuve permettant à un maximum de concurrents, de rejoindre le mythique Lac Rose à Dakar.


Africa Eco race du 27 décembre 2015 au 10 janvier 2016

AFRICA ECO RACE® 2016 partie 1
Cette année ce sera: 5 Etapes au Maroc, 6 en Mauritanie et 1 au Sénégal

Calendrier:
Dimanche 15 novembre 2015              Cloture des engagements 
Dimanche 27 décembre 2015    Vérifications Administratives et Techniques
     Embarquement bateau pour le Maroc
Mardi 29 décembre 2015    Débarquement et 1ère étape
     12 étapes à travers le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal
Dimanche 3 janvier 2016    Journée de repos
Dimanche 10 janvier 2016    Arrivée au Lac Rose au Sénégal et remise des prix
Lundi 11 janvier 2016    Embarquement bateau des véhicules Dakar / Europe

Le parcours, comportera un minimum de liaison avec un maximum de départs ou d’arrivées de spéciales aux bivouacs ainsi que deux boucles en Mauritanie ce que les Assistances apprécieront !



 


Mardi 29 décembre 2015: L’AFRICA ECO RACE A POSÉ SES ROUES AU MAROC

ÉTAPE N°1 : NADOR / JORF EL HAMAM : 607 km
LIAISON : NADOR / AMEZIANE : 50 km
SPÉCIALE : AMEZIANE / CP1 : 47 km
LIAISON : CP1 / JORF EL HAMAM : 510 km

Après une journée et deux nuits sur la Méditerranée pour aller de Sète dans le Sud de la France à Nador dans le Nord du Maroc, la caravane de l’AFRICA ECO RACE a débarqué avec plus de trois heures de retard sur l’horaire convenu avec la compagnie maritime. Du coup, le timing particulièrement serré pour cette première journée est devenu impossible à tenir dans sa totalité. Jean Louis SCHLESSER et René METGE ont donc pris la décision d’annuler la spéciale moto afin de permettre aux motards d’effectuer la longue liaison directement pour arriver au bivouac de Jorf El Hamam, non loin d’Erfoud, le moins tard possible. Quant aux autos et camions, ils ont effectué une spéciale raccourcie d’un peu plus de la moitié puisque l’arrivée avait été installée au CP1, au kilomètre 47.

Auto : SAZONOV fait parler la poudre
Le moins que l’on puisse dire est que cette 8ème édition de l’AFRICA ECO RACE a démarré sur les chapeaux de roues et ce, malgré le très court secteur sélectif. Les plus rapides à se mettre dans le bain ont incontestablement été les deux équipages Kazakhs du Team MOBILEX puisque Yuriy SAZONOV et son HUMMER ont remporté leur première spéciale sur l’épreuve. Avec la manière puisqu’il devance le TOYOTA de son co-équipier Kanat SHAGIROV de 02’52’’. Un écart plutôt conséquent sur moins de 50 km qui affirme la progression constante de SAZONOV ces derniers temps.

Sur cette spéciale typiquement Marocaine, les véhicules quatre roues motrices étaient vraiment à leur avantage puisque le Portugais Ricardo LEAL DOS SANTOS et son NISSAN se classe 3ème à 10’’ de SHAGIROV et à 1’37’’ devant le Russe Anton GRIGOROV et son OSCAR. Le Hongrois Balazs SZALAY, victime de tonneaux sur cette même spéciale l’année dernière, a conjuré le sort en plaçant son OPEL en 5ème position des autos, devant Pascal THOMASSE, 1er des deux roues motrices à un peu plus de 5 minutes du vainqueur du jour. Mathieu SERRADORI signe le 2ème chrono des Buggies sur son proto devant le Tarek de Patrick MARTIN. Le premier coup de théâtre est à mettre à l’actif de Dominique HOUSIEAUX qui, confronté à des soucis de moteur, ne termine que 33ème à près de 30 minutes.

Enfin en T2, la catégorie des véhicules de série, la bataille est lancée puisque le FORD Raptor du Russe Alexander TERENTYEV rafle la mise avec 38’’ d’avance sur le TOYOTA de son compatriote Marat ABYKAYEV, alors que le Français Joseph ROSSO prend la 3ème position sur un NISSAN.

Camion : KUPRIANOV annonce la couleur
Sergey KUPRIANOV ne cachait pas son impatience d’en découdre avant de sortir du bateau ce matin. C’est peut être d’ailleurs le retard pris en mer qui a décuplé sa motivation et lui a permis de scratcher cette première spéciale en obtenant le 5ème temps du classement cumulé auto-camion et en devançant Anton SHIBALOV, son co-équipier du Team KAMAZ, de 1’04’’.

Derrière les deux Russes, le Hongrois Miklos KOVACS place son SCANIA sur la 3ème marche du podium du jour, 18 secondes devant la pilote Portugaise Elisabete JACINTO, que Jean Louis SCHLESSER a baptisé hier lors du briefing général sur le bateau : "La Princesse du Rallye".

Mercredi 30 janvier, bien qu’avec le retard pris ce premier jour tout le Rallye va se coucher tard, l’AFRICA ECO RACE prendra la direction de TAGOUNITE avec une spéciale de 313 km entre Merzouga et Ouled Driss.



 

AER2016 - CLIP - Day1


 

Mercredi 30 décembre 2015 UNE PREMIERE VRAIE ÉTAPE PAS SI SIMPLE QUE ÇA

ÉTAPE N°2 : JORF EL HAMAM / TAGOUNITE : 403 km 
LIAISON : JORF EL HAMAM / MERZOUGA : 75 km 
SPÉCIALE : MERZOUGA / OULED DRISS : 313 km 
LIAISON : OULED DRISS / TAGOUNITE : 15 km

Le slogan de l’AFRICA ECO RACE est : The Real Race ! Après cette première vraie étape de 403 km entre Jorf El Hamam et Tagounite, ceux qui en doutaient encore devraient être convaincus puisque les concurrents sont entrés directement dans le vif du sujet avec de la navigation, du pilotage et des difficultés ayant permis de créer déjà des écarts conséquents, aussi bien en moto qu’en auto. D’ailleurs, en s’extirpant du cockpit de son OPTIMUS à l’arrivée de spéciale, le très expérimenté Jean Pierre STRUGO s’est exclamé :« Ce n’était pas si simple que ça aujourd’hui ! »

Et de une pour Pal Anders ULLELVASETER 
L’été dernier, Pal Anders ULLEVALSETER avait annoncé sa retraite sportive. Mais l’appel du désert et la possibilité, via un sponsor d’apporter une somme conséquente d’argent à la Fondation Fabrizio MEONI à Dakar, ont été plus forts et l’ont décidé à reprendre le guidon de sa KTM. En effet, une prime lui est allouée à chaque victoire de spéciale et Pal reversera dans sa totalité cet argent à cette ONG. Du coup, le pilote Norvégien a mis un point d’honneur à remporter cette première étape. Il s’empare de la tête du classement général avec un peu plus de 24 minutes d’avance sur le pilote italien Stefano CHIUSSI, suivi à 30 secondes par le Britannique Andrew NEWLAND. Le Russe Dmitry AGOSHKOV, 4ème à 27’39’’, devance le Français Julien SANCHEZ, révélation de l’édition 2015 de l’AFRICA ECO RACE, resté fidèle à YAMAHA.

Cette année encore, il faudra surveiller Anastasiya NIFONTOVA puisque la jolie pilote Russe, Championne du Monde en titre, termine à une très belle 7ème place. Mais cette première journée a également été fatale à deux motards puisque l’Allemand Gabriel PAFF LUTZ et l’Italien Stefano PELLONI ont été victimes de chutes et relevés avec des lésions aux épaules qui conduiront certainement les deux pilotes à l’abandon.

Mathieu SERRADORI déjà performant 
Il n’aura pas fallu longtemps au Français Mathieu SERRADORI pour placer son tout nouveau Buggy aux avants postes puisque, avec moins de 1000 km au compteur, le proto MSR a permis à son pilote de signer le meilleur chrono. Une superbe performance pour celui qui avait animé la dernière édition et qui montre déjà qu’il faudra compter avec lui cette année encore.

Juste derrière, à 1’17’’, on retrouve le HUMMER du Kazakh Yuriy SAZONOV, qui, grâce à cette 2ème place et à sa victoire dans la première étape, est l’actuel leader du classement général provisoire. Très belle opération également pour Anton GRIGOROV qui place son OSCAR sur la troisième marche du podium du jour.

Une position que le Russe occupe également au général, derrière SERRADORI et devant Ricardo LEAL DOS SANTOS, encore très régulier sur le secteur sélectif puisqu’il termine 4ème.

Parmi les belles performances, on notera également la 5ème place du TOYOYA de Kanat SHAGIROV, juste devant Pascal THOMASSE qui a pourtant perdu une demi-heure à réparer un problème d’alimentation essence sur son OPTIMUS. Le Champion de France des Rallyes devance deux autres membres du Team MD Rallye Sport, à savoir Jérémie CHOIZEAU, co piloté par Jean BRUCY, et Jean Noël JULIEN qui apprend très vite le maniement de l’OPTIMUS deux roues motrices. Parti en 20ème position, Jean Antoine SABATIER signe également une belle performance en terminant dans le top 10 des autos. Un mot sur les galères du jour avec la perte d’une roue pour Balazs SZALAY, l’arrachement du train avant pour Dominique HOUSIEAUX et quatre crevaisons pour Joseph ROSSO qui perd gros dans la catégorie T2 remportée aujourd’hui par Marat ABYKAYEV.

Anton SHIBALOV l’emporte chez les camions 
Il s’en est encore fallu de peu pour qu’un camion ne signe le scratch auto-camion puisque Anton SHIBALOV s’est octroyé le 2ème temps à 1’17’’ de Mathieu SERRADORI. Il y a d’ailleurs fort à parier que le KAMAZ réussira à remporter au moins une étape avant la fin de ce Monaco-Dakar.

Derrière le double vainqueur de l’AFRICA ECO RACE, on retrouve le second camion Russe de Sergey KUPRIANOV, à un peu plus de 15 minutes de son co-équipier. Au volant de son TATRA, le Tchèque Tomas TOMECEK prend la 3ème place à 37 minutes du premier camion, devançant Elisabete JACINTO qui a arraché une belle partie de la carrosserie avant gauche de son MAN en tapant dans une grosse herbe à chameaux.

Les concurrents de l’AFRICA ECO RACE devraient se souvenir du dernier jour de l’année 2015 qu’ils vont passer sur la piste. En effet, René METGE annonce cette spéciale de 451 km entre Ouled Driss et Icht comme la plus difficile des cinq étapes marocaines. Certains ne seront donc peut être pas à l’heure pour fêter le passage vers la nouvelle année.
 

AER2016 - CLIP - Day2


 

Jeudi 31 décembre 2015 UNE COURSE DÉJÀ PASSIONANTE SUR L’AFRICA ECO RACE 2016

ÉTAPE 3 : TAGOUNITE / ASSA : 558 km
Liaison : TAGOUNITE / OULED DRISS : 15 km
SPÉCIALE : OULED DRISS / ICHT : 451 km
LIAISON : ICHT / ASSA : 92 km

Lors du briefing au coin du feu du bivouac de Tagounite, René METGE avait annoncé cette 3ème spéciale entre Ouled Driss et Icht comme la plus longue mais aussi la plus difficile des étapes marocaines de l’AFRICA ECO RACE 2016. Fort heureusement, dans l’Erg de Chegaga, qui peut parfois s’avérer impitoyable, le sable était plutôt porteur et hormis trois concurrents qui vont devoir attendre l’aide du camion balai pour en sortir, la majorité des concurrents devraient être au bivouac ce soir pour la soirée de la Saint Sylvestre agrémentée de champagne, foie gras et d’un dessert surprise concocté par la société JDB qui assure la restauration sur le rallye. Une soirée festive placée sous le signe des pays de l’Est qui se sont encore distingués sur le plan sportif aujourd’hui et ce, en auto, camion et même, pour une fois, en moto.

Moto : Magnifique 2ème place pour Anastasiya NIFONTOVA
Outre la seconde victoire de la KTM de Pal Anders ULLEVALSETER, cette troisième étape a surtout été marquée par la performance de la pilote Russe Anastasiya NIFONTOVA, auteur du 2ème chrono du jour au guidon de son HUSQVARNA, à seulement 12’49’’ du Norvégien. Alors certes cette jeune femme est Championne du Monde de la discipline, mais réussir à devancer des garçons lorsqu’on ne pèse qu’une cinquantaine de kilos sur une spéciale de plus de 450 km, le mot exploit n’est pas trop fort. Du coup, en devançant Andrew NEWLAND et son compatriote Dmitry AGOSKHOV de plus de 15 minutes, ainsi que Norbert DUBOIS, 5ème à près de 30 minutes, Anastasiya NIFONTOVA se retrouve 4ème du général, mais à seulement 5’02’’ du 2ème, Andrew NEWLAND. Une goute d’eau au regard du chemin qu’il reste à parcourir pour arriver à Dakar. Une autre HUSQVARNA se distingue face à l’armada de KTM. Elle est aux mains de Stéphane HAMARD, 7ème du jour derrière le vétéran Slovaque Jan ZATKO. Du coup, le pilote français est 5ème du général provisoire.

Auto : Yuriy SAZONOV remet le couvert
A force de sillonner les pistes de tous les rallyes tout terrain organisés en 2015, l’équipe Kazakh MOBILEX a considérablement progressé, tant au niveau des équipages que de la qualité de préparation des véhicules. Les deux équipages de pointe du team en ont encore fait la démonstration aujourd’hui puisque Yuriy SAZONOV s’est imposé au volant de son HUMMER pour la seconde fois en trois étapes. Kanat SHAGIROV, quant à lui, a placé son TOYOTA à une superbe 3ème place à 4’16’’ de son co-équipier et juste derrière l’OPTIMUS de Pascal THOMASSE, à 3’01’’ du vainqueur. Une belle journée pour le leader du Team MD Rallye Sport qui reprend du coup deux places au général, en 4ème position des autos. Journée en demi-teinte en revanche pour Mathieu SERRADORI dont le Buggy MSR a connu des problèmes d’accélérateur et au final perdu près de 20 minutes. Cependant, le Français est toujours 2ème du classement auto, avec 27’22’’ de retard sur SAZONOV.

A noter le retour au premier plan de Jean Antoine SABATIER qui termine 5ème aujourd’hui. Le Franco Marocain connaît bien l’épreuve pour l’avoir remporté en 2015 et il sait que rien ne sert de courir et qu’il suffit de perdre un minimum de temps avant la Mauritanie pour garder des ambitions de victoire. C’est en tout cas ce qu’il s’est attaché à faire aujourd’hui.

Belle journée également pour Jean Pierre STRUGO qui, en terminant 6ème de la spéciale au volant de son OPTIMUS, reprend trois places au général pour entrer dans le top 10. Le Français devance le TAREK de son compatriote Yves FROMONT, sur la spéciale et au général, ce qui promet une magnifique bataille entre les Buggies pour la suite.

Camion : Anton SHIBALOV continue son show
Les KAMAZ Russes ont vraiment beaucoup d’allure lorsqu’on les voit surgir de l’horizon, tout phares allumés, dans un panache de poussière. C’est un spectacle incroyable dont on ne se lasse pas et aujourd’hui encore, le KAMAZ N° 400 d’Anton SHIBALOV nous l’a offert en prenant la 4ème place du scratch auto camion. Il suffisait d’observer le pneu arrière gauche du mastodonte pour constater, vu son état de dégradation très avancé, que le tenant du titre avait attaqué au maximum et qu’il vise donc désormais la victoire au général. D’ailleurs, il devance encore son co-équipier Sergey KUPRIANOV de près de 7 minutes et compte désormais plus de 10 minutes d’avance au classement camion sur le KAMAZ Hybride qui fonctionne au GPL. Une fois encore, Tomas TOMECEK passe la ligne d’arrivée de la spéciale en 3ème position mais avec 45 minutes de retard sur le premier camion.



 

La "touchette" d'Elisabeth Jacinto sur un herbe à chameaux.


 

AER2016 - CLIP - Day3


 

Vendredi 1er janvier 2016 UNE ÉTAPE À REBONDISSEMENTS

Vendredi 1er janvier 2016
ÉTAPE 4 : ASSA / REMZ EL QUEBIR : 409 km
DÉPART DEPUIS LE BIVOUAC
SPÉCIALE : ASSA / REMZ EL QUEBIR : 409 km
ARRIVÉE AU BIVOUAC

Après un réveillon de la Saint Sylvestre simple mais très convivial au bivouac d’Assa, les concurrents de l’AFRICA ECO RACE 2016 ont repris la piste ce vendredi 1er janvier pour une spéciale de 409 km jusqu’à Remz El Quebir, dans le grand Sud Marocain, le tout sans aucune liaison. Un détail fortement apprécié par l’ensemble des compétiteurs, bien heureux de trouver le bivouac à l’arrivée. Tous saluaient également la qualité du parcours, surtout dans l’ultime tronçon, véritable régal pour le pilotage. En revanche, cette étape plutôt roulante a fait des dégâts parmi les animateurs de la course en raison de crevaisons à répétition. Du coup, pour la première fois dans l’histoire de l’AFRICA ECO RACE, c’est un camion qui se retrouve en tête du classement général provisoire. En l’occurrence le KAMAZ d’Anton SHIBALOV qui n’a pas connu le moindre souci depuis Nador.

Moto : ULLEVALSETER sur sa lancée
Une fois encore Pal Anders ULLEVALSETER n’a pas trouvé de concurrence aujourd’hui pour l’empêcher de remporter cette 3ème spéciale. Le Norvégien est clairement au dessus du lot et le partenaire qui lui offre une prime à chaque victoire d’étape à destination de la Fondation MEONI peut déjà préparer une douzaine de chèques. Quoi que, une petite chute endommageant la pédale de frein arrière de sa KTM est tout de même à signaler aujourd’hui.

Derrière le « Viking », on retrouve Norbert DUBOIS dont le mécanicien a trouvé la panne sur sa KTM et qui a donc pu enfin rouler à son véritable niveau. Parti 5ème ce matin, le Français a passé la ligne d’arrivée avec Anastasiya NIFONTOVA, lui tapant dans la main et déclarant : « Je suis bluffé par la progression de la demoiselle. Elle roule vraiment très fort et j’ai dû m’employer pour suivre son rythme sur les 20 derniers kilomètres. » Un commentaire parfaitement justifié puisque la pilote russe place son HUSQVARNA en 4ème position du secteur sélectif, devancé uniquement par la KTM du Britannique Andrew NEWLAND.

Parmi les performers du jour, on retrouve également Dmitry AGOSHKOV, 5ème et toujours aussi régulier, ainsi que le Belge Jean Louis BLANPAIN qui termine 6ème, 28 secondes devant l’Italien Andrea FESANI. Au classement général, Pal Anders ULLEVALSETER compte déjà plus d’une heure d’avance sur Andrew NEWLAND alors que Anastasiya NIFONTOVA est 3ème à 5’35’’ de l’Anglais. Avec sa performance du jour, Norbert DUBOIS gagne quatre places et pointe désormais en 5ème position derrière Dmitry AGOSHKOV.

Auto : Une étape à rebondissements
Cette 4ème étape pour les autos n’était pas spécialement annoncée comme étant compliquée. La première partie était bien connue des habitués de l’AFRICA ECO RACE et la spéciale n’aurait donc pas dû poser de problèmes, à condition de rester raisonnable car les pistes marocaines sont souvent impitoyables pour les pneumatiques. Plusieurs concurrents de pointe l’ont appris à leurs dépends, à commencer par le leader du général Yuriy SAZONOV dont le HUMMER a crevé à quatre reprises. Même souci de crevaison avec en plus une panne du compresseur de gonflage des pneus pour Mathieu SERRADORI qui a pourtant occupé longtemps la tête de course. Il faut ajouter à cela de gros problèmes mécaniques pour Anton GRIGOROV et Ricardo LEAL DOS SANTOS, qui n’étaient pas encore sortis de la spéciale cinq heures après l’arrivée du premier. C’est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres et c’est Jean Antoine SABATIER qui a commencé l’année 2016 sur les chapeaux de roues en remportant la spéciale au volant de son BUGGA ONE.

Le tenant du titre devance de 2’26’’ l’OPTIMUS de Pascal THOMASSE, pourtant lui aussi victime de deux crevaisons, alors que la 3ème place revient à Kanat SHAGIROV, toujours aussi performant sur son TOYOTA Pick Up Overdrive. Superbe performance également pour Jérémie CHOISEAU qui sort de la spéciale en 4ème position à 14’19’’ du vainqueur.

Les Buggies font la loi sur l’AFRICA ECO RACE puisque de la 5ème à la 8ème place, on ne trouve que des deux roues motrices avec les deux TAREK de Yves FROMONT et Patrick MARTIN et les deux OPTIMUS de Jean Noël JULIEN et Jean Pierre STRUGO. Il faut aller chercher le 9ème chrono pour retrouver un 4X4 avec l’OPEL du Hongrois Balazs SZALAY.

Mention spéciale au Russe Alexander TERENTYEV dont le FORD Raptor gagne la catégorie T2 en prenant la 11ème place.

Au général des autos c’est pourtant un 4X4 qui occupe la tête puisque le Kazakh Kanat SHAGIROV devance Pascal THOMASSE d’une petite dizaine de minutes et Jean Antoine SABATIER, auteur d’un retour fracassant dans le top 3 mais qui compte tout de même 30 minutes de retard sur le leader. Derrière, les écarts sont minimes et la suite de la course s’annonce des plus passionnantes. En T2, catégorie des véhicules de série, TERENTYEV mène la danse devant le TOYOTA du Kazakh Marat ABYKAYEV et le NISSAN du pilote Emiratis, Joseph ROSSO.

Anton SHIBALOV leader de l’AFRICA ECO RACE
Depuis le début de cette 8ème édition, Anton SHIBALOV fait preuve d’une régularité sans égal au volant de son KAMAZ. Son plus mauvais résultat en spéciale, classement auto et camion confondu, est sa 4ème place d’aujourd’hui, en ayant tout de même été victime d’une crevaison. Du coup, le pilote Russe occupe ce soir la tête du classement général de l’AFRICA ECO RACE en devançant l’auto de Kanat SHAGIROV de 17’03’’. Un camion leader de la course, une situation plutôt rare dans les rallyes tout terrain dont les concurrents auto risquent d’avoir toutes les peines du monde à se sortir tant le KAMAZ est performant et fiable.

Coup de chapeau également à la pilote portugaise Elisabete JACINTO, créditée d’un superbe 7ème chrono au volant de son MAN. La « Reine du Désert » devance de près de 30 minutes le KAMAZ de Sergey KUPRIANOV. Du coup, au général, KUPRIANOV est à une heure de SHIBALOV, alors que JACINTO est confortablement installée en 3ème position, à pratiquement deux heures du leader mais avec près de une heure et dix sept minutes d’avance sur Miklos KOVACS. Quant à Tomas TOMECEK, victime de deux crevaisons et d’un bris d’amortisseur aujourd’hui avec son TATRA, il est relégué à près de quatre heures trente. Mais comme le dit souvent le Tchèque, l’AFRICA ECO RACE est une vraie course et tout peut encore arriver.


 

AER2016 - CLIP - Day4


 

Samedi 2 janvier 2016 UNE DERNIÈRE ÉTAPE MAROCAINE COPIEUSE

Samedi 2 janvier 2016
ETAPE 5 : REMZ EL QUEBIR / DAKHLA : 695 km
DÉPART DEPUIS LE BIVOUAC
SPÉCIALE : REMZ EL QUEBIR / JREIFIFA : 453 km
LIAISON : JREIFIFA / DAKHLA : 242 km

Cette ultime étape marocaine de l’AFRICA ECO RACE était la plus longue au niveau de la spéciale avec 453 km au programme. C’était aussi une des plus compliquée en terme de navigation et, si tout s’est plutôt bien déroulé sur quatre roues, certains motards en ont fait les frais. Quoi qu’il en soit, tous les concurrents sont arrivés au bivouac de Dakhla installé au bord de l’Océan Atlantique où la journée de repos de ce dimanche sera la bienvenue, après une semaine marocaine plutôt dense.

Un classement moto inédit
René METGE avait prévenu au briefing que la navigation serait prépondérante sur cette spéciale entre Remz El Quebir et la station pétrolière de Jreififa. Une fois encore, le Directeur Sportif de l’AFRICA ECO RACE avait raison puisqu’une séance de jardinage géante avant le CP1 a engendré un classement de secteur sélectif totalement inédit et plutôt surprenant. Même le grand Pal Anders ULLEVALSETER est tombé dans le piège en partant dans une mauvaise direction. Malgré cela, le Norvégien a remporté sa 4ème spéciale d’affilée avec plus de 40 minutes d’avance.

Mais le plus surprenant dans tout cela, c’est que ce sont les pilotes partis dans les profondeurs du classement qui sont les bénéficiaires de la situation. En effet, alors que les 20 premiers étaient tous partis dans une mauvaise direction et qu’ils perdaient beaucoup de temps pour retrouver la trace, les derniers étaient rattrapés par les premières autos parties 30 minutes après les motos. Ils n’ont plus eu qu’à suivre de loin la poussière de toutes les voitures ou camions qui les rattrapaient au fur et à mesure pour trouver la bonne trace tout au long de la spéciale. Résultat, la pilote Kazakh Yevgeniya NESTEROVA, abonnée au camion balai depuis le début de l’épreuve, termine en 2ème position, devant le portugais José Fernando MOREIRA DE SOUSA JR, Stefano CHIUSSI et Joakim LUNDBY, victime d’une grosse chute il y a deux jours et qui reprenait la course aujourd’hui.

Celui qui fait la plus mauvaise opération est le motard britannique Andrew NEWLAND en ne terminant que 23ème à plus de trois heures. Du coup, il perd sa 2ème place au général, au bénéfice d’Anastasiya NIFONTOVA, pourtant retardée par une petite chute et le disfonctionnement de ses instruments de navigation. Son compatriote russe Dmitry AGOSHKOV est désormais 3ème à 4 minutes de sa co-équipière alors que les Français Stéphane HAMARD et Norbert DUBOIS sont respectivement 4ème et 5ème. A noter que de la 4ème à la 9ème place, les pilotes se tiennent en une trentaine de minutes. Voilà qui promet pour la suite !

Kanat SHAGIROV prend le pouvoir en auto
Depuis le début de cette 8ème édition de l’AFRICA ECO RACE, l’équipe Kazakh MOBILEX est sur tous les fronts avec deux victoires de spéciales pour le HUMMER de Yuriy SAZONOV et celle dans cette 5ème étape du TOYOTA de Kanat SHAGIROV. Un succès qui propulse ce dernier en tête du général.

Très belle spéciale pour l’OSCAR d’Anton GRIGOROV parti loin dans le classement et auteur d’une remontée incroyable puisque le Russe s’est battu une grande partie de la spéciale avec Mathieu SERRADORI, 3ème de l’étape. Avec ce podium, le Français réalise la bonne opération du jour puisqu’il revient au général en 4ème position, une petite quinzaine de minutes derrière l’OPTIMUS de Pascal THOMASSE, toujours aussi performant puisqu’il termine 5ème du secteur sélectif.

Toujours parmi les animateurs de la course, le Hongrois Balazs SZALAY réalise le 6ème temps du jour, juste devant Jean Pierre STRUGO qui continue sa petite remontée tranquille au classement puisque son OPTIMUS est à présent 5ème en auto.

Et comme le Team MD Racing est venu en nombre, il y a toujours plusieurs buggies OPTIMUS dans le top. Sur cette ultime étape Marocaine, c’est cette fois celui de Philippe GOSSELIN qui s’est illustré en terminant 8ème et en devançant son co-équipier Dominique HOUSIEAUX.

Les camions marquent le pas
Une fois n’est pas coutume, les camions, n’ont pas été à la fête sur cette 5ème spéciale puisque Anton SHIBALOV, le leader du général, ne termine que 12ème à un peu plus de 30 minutes de SHAGIROV, suivi comme son ombre par son coéquipier du Team KAMAZ Sergey KUPRIANOV. Une petite contre-performance qui lui fait perdre le leadership du classement auto/camion mais qui ne remet toutefois pas en cause sa suprématie sur les mastodontes du désert.

Tomas TOMECEK, visiblement remis de ses problèmes mécaniques de la veille, complète le podium au volant de son TATRA. Au général camion, le MAN de la Portugaise Elisabete JACINTO est toujours installé confortablement en troisième position du « Monaco Dakar », derrière les deux KAMAZ Russes.

Demain  Dimanche 3 janvier 2016
JOURNÉE DE REPOS À DAKLHA
Un dimanche au bord de l’eau bien agréable sous un beau soleil et une température qui pourrait dépasser les 20 degrés. L’occasion de remettre en ordre les mécaniques et de permettre aux hommes de reprendre des forces avant la seconde semaine de course 100% mauritanienne.

 

AER2016 - CLIP - Day5


UNE JOURNÉE DE REPOS IDÉALE

Dimanche 3 janvier 2016
Journée de repos à Dakhla

C’est sous un soleil radieux et une température de 27 degrés que les participants à la 8ème édition de l’AFRICA ECO RACE ont passé la journée de repos, à Dakhla, dans l’extrême sud du Maroc, au bord de l’océan Atlantique. Une journée placée sous le signe de la détente et de la bonne humeur au cours de laquelle les mécaniciens ont travaillé d’arrache-pied pour remettre en état les mécaniques, les concurrents se sont reposer et ressourcer en profitant de la situation privilégiée du bivouac et l’organisation a mis tout en œuvre pour mettre la touche finale à la préparation de la seconde semaine de course.


 

Lundi 4 janvier 2016 UNE DEUXIÈME SEMAINE QUI COMMENCE TRANQUILLEMENT

Lundi 4 janvier 2016
ÉTAPE 6 : DAKHLA / CHAMI : 617 km
LIAISON : DAKHLA / BOULANOUAR : 438 km
SPÉCIALE : BOULANOUAR / CHAMI : 174 km
TRANSFERT : CHAMI / BIVOUAC CHAMI : 5 km

Après une liaison de plus de 400 km et un passage express de la frontière entre le Maroc et la Mauritanie, la deuxième semaine de course de l’AFRICA ECO RACE a débuté par une spéciale de 174 km, ne comportant pas de difficulté majeure, si ce n’est une température dépassant les 30 degrés. Les principaux animateurs de l’épreuve s’en sont donnés à cœur joie entre attaque maximum et tactique de course, offrant finalement une spéciale très disputée.

Pal Anders ULLEVALSETER ne faiblit pas en moto
Les jours se suivent et se ressemblent dans la catégorie moto puisque Pal Anders ULLEVALSETER a remporté sa 5ème victoire d’étape d’affilée. Autant dire que le Norvégien est intouchable au guidon de sa KTM 450. Malgré tout, ses adversaires ne baissent pas les bras, à l’image de Norbert DUBOIS qui se classe 2ème, en regrettant toutefois de ne pas avoir eu sa grosse KTM 690 car la spéciale était très roulante et l’on sait que le motard français est capable de mettre du gros gaz.

Derrière, on retrouve le Russe Dmitry AGOSHKOV qui devance sa compatriote Anastasiya NIFONTOVA, du reste toujours 2ème du général derrière ULLEVALSETER. En revanche, mauvaise journée pour le pilote Belge Jean Louis BLANPAIN qui a cassé le moteur de sa KTM dès le début de spéciale. S’il a de quoi réparer ce soir en rentrant au bivouac avec le camion balai, il pourra repartir demain comme le veut le règlement de l’AFRICA ECO RACE, tout comme l’Allemand Thomas SCHATTAT, victime lui aussi d’une casse du moteur de sa YAMAHA.

Première victoire d’étape pour un OPTIMUS avec Dominique HOUSIEAUX
Depuis le début de cette AFRICA ECO RACE 2016, on ne peut pas dire que Dominique HOUSIEAUX ait brillé au volant de son OPTIMUS avec même deux premiers jours plutôt catastrophiques. Résultat, le Français pointe en 17ème position au général, à plus de 4 heures du leader. Pour autant, ce pilote reconnu du milieu des rallyes tout terrain n’a pas abdiqué et, à défaut de gagner la course, il compte bien briller sur cette semaine mauritanienne. A plus de 145 km/h de moyenne, Dominique HOUSIEAUX à avalé les 174 km en attaquant au maximum pour finalement s’imposer devant le TOYOTA de Kanat SHAGIROV, toujours leader du général, et son co-équipier du Team MD Rallye Pascal THOMASSE, qui conforte un peu plus sa 3ème place provisoire. Belle journée également pour le Hongrois Balazs SZALAY dont l’OPEL à moteur V8 signe le 4ème chrono devant le NISSAN du Portugais Ricardo LEAL DOS SANTOS.

A signaler aussi le 19ème temps de Mathieu SERRADORI qui s’élancera du coup très loin pour la spéciale entre Chami et Atar. Ce sera peut-être le moment pour le Français de faire parler la poudre et de réaliser un bon coup s’il parvenait à revenir sur ses principaux adversaires qui partiront tous devant lui.

Bataille à coup de secondes chez les camions
La course camion, surtout entre les deux KAMAZ qui occupent les deux premières places du général, a été magnifique puisqu’elle s’est soldée par la victoire de Sergey KUPRIANOV pour 40 petites secondes devant Anton SHIBALOV. Derrière, le Tchèque Tomas TOMECEK réalise le 3ème chrono au volant de son TATRA en devançant d’un peu plus de 3 minutes le MAN de la Portugaise Elisabete JACINTO.

Mardi 5 janvier, les participants de l’AFRICA ECO RACE 2016 vont entrer dans le vif du sujet avec 413 km de spéciale entre Chami et Amodjar. Une étape sablonneuse avec déjà des franchissements de dunes qui, compte tenu de la chaleur qu’il fait en Mauritanie actuellement, pourrait rendre le sable peu porteur et engendrer quelques difficultés.


 

AER2016 - CLIP - Day6


 

Mardi 5 janvier 2016 LA MAURITANIE DANS TOUTE SA SPLENDEUR

Mardi 5 janvier 2016
ÉTAPE 7 : CHAMI / AMODJAR : 444 km
DÉPART DU BIVOUAC
SPÉCIALE : CHAMI / AZOUGI : 414 km
LIAISON : AZOUGI / AMODJAR : 30 km

Après une fin de journée consacrée aux formalités de visa, qui avaient été déplacées au premier bivouac pour faciliter le passage de la frontière Mauritanienne, et après une nuit plutôt douce au niveau température, les concurrents de l’AFRICA ECO RACE 2016 sont entrés dans le vif du sujet ce matin pour la première vraie étape sur les pistes sablonneuses de Mauritanie. Une spéciale qui, sans faire de dégâts, a tout de même permis que certains écarts se creusent parmi les animateurs de la course.

Première victoire de spéciale pour Andrew NEWLAND en moto
Andrew NEWLAND est un sympathique entrepreneur dans le bâtiment britannique qui travaille beaucoup chez lui à Londres. C’est aussi un excellent pilote de moto qui pratique assidument l’Enduro mais il n’a pas spécialement la culture des rallyes tout terrain car c’est à peine s’il connaissait le nom de Pal Anders ULLEVALSETER. Il est donc arrivé sans aucun complexe sur cette 8ème édition de l’AFRICA ECO RACE qui constitue un de ses premiers rallyes. Après avoir brillé en début de course, l’Anglais a connu des soucis sur la dernière étape marocaine lui ayant fait perdre 3 heures. Parti ce matin en 3ème position, Andrew NEWLAND a profité d’une grosse erreur de navigation de Pal Anders ULLEVALSETTER pour signer son premier succès en rallye.

Le Britannique devance Norbert DUBOIS, 2ème de la spéciale. Derrière, on retrouve une fois encore Anastasiya NIFONTOVA, toujours aussi performante, mais bien aidée par le Français Stéphane HAMARD lors d’un ensablement jusqu’au moteur. La pilote Russe conforte sa 2ème place au général mais elle est toujours talonnée par son compatriote Dmitry AGOSHKOV à un peu plus de 13 minutes, mais aussi et surtout par le Français Norbert DUBOIS qui fait un retour spectaculaire en 4ème position devant Stéphane HAMARD. Joli come back aussi d’Andrew NEWLAND qui revient 6ème au général grâce à sa performance du jour.

Kanat SHAGIROV enfonce le clou
Le plus compliqué en rallye tout terrain, particulièrement sur l’AFRICA ECO RACE et encore plus en Mauritanie, c’est de partir le premier et d’ouvrir la piste. D’ailleurs, rares sont ceux qui s’imposent sur une spéciale en partant premier. C’est pourtant ce qu’a réussi à faire Kanat SHAGIROV, le leader de l’épreuve au volant de son TOYOTA Overdrive.

Et avec la manière puisque le Kazakh relègue le 2ème, Jérémie CHOISEAU et son OPTIMUS, à 17’36’’. La 3ème place du jour revient à l’OSCAR russe d’Anton GRIGOROV, toujours efficace en Mauritanie, suivie des OPTIMUS de Philippe GOSSELIN et surtout Guillaume GOMEZ qui entre enfin dans le top 5.

Les TAREK de Yves FROMONT et Patrick MARTIN sont toujours dans le coup en terminant 6ème et 7ème, devant les deux OPTIMUS de Jean Pierre STRUGO et Pascal THOMASSE.

Les deux pilotes du Team MD Rallye Sport font la bonne opération du jour au général puisque Jean Antoine SABATIER et Mathieu SERRADORI, leurs adversaires directs, ont connu, pour le premier un nouveau bris de courroie de direction assistée et, pour le second, un problème de courroie de pompe à eau. Bilan, 34’23’’ de perdues pour SERRADORI alors qu’il était bien parti pour s’imposer et plus d’une heure envolée pour SABATIER qui perd deux places au provisoire. A noter tout de même que les huit OPTIMUS en course ont tous franchi l’arrivée ce soir, dans les 20 premiers et avec seulement 1h05’15’’ de retard sur le vainqueur pour Jean Noël JULIEN, le « plus mal classé » de la flotte.
Même s’ils sont rentrés au bivouac de Amodjar un peu plus tard, les T2 ont bien tiré leur épingle du jeu, à l’image d’Alexander TERENTYEV, le leader de cette catégorie des véhicules de série. Au volant de son incroyable FORD Raptor, le Russe s’impose à nouveau, devant les TOYOTA du Kazakh Marat ABYKAYEV et du Français Marc AIVAZIAN, enfin sur le podium, après une semaine marocaine cauchemardesque. Une belle récompense pour lui, son copilote Claude FOURNIER et toute l’équipe 2000 Aventures qui ont travaillé comme des fous pour remettre l’auto en état de continuer.

Toute petite revanche de Anton SHIBALOV en camion
Après avoir été battu hier par le KAMAZ Hybride de son co-équipier Sergey KUPRIANOV, Anton SHIBALOV a pris, sur cette spéciale de pilotage, une toute petite revanche puisque le Russe devance de 34 secondes son compatriote. Un écart infime entre les deux camions bleus après 414 km qui prouve, s’il en était besoin que, contrairement aux éditions précédentes, aucune consigne de course n’a été donnée pour l’instant.

Une fois encore, le tchèque Tomas TOMECEK signe le 3ème chrono au volant de son TATRA, une dizaine de minutes derrière les deux KAMAZ et 3 minutes devant le SCANIA du Hongrois Miklos KOVACS. Quant à Elisabete JACINTO, la portugaise a inauguré les plaques de désensablage de son MAN car elle s’est posée en changeant de trace pour doubler KOVACS. Au total, une quarantaine de minutes perdues mais elle conserve pour l’instant la 3ème place du général.

 

AER2016 - CLIP - Day 7


 

Mercredi 6 janvier 2016 LA MAURITANIE TOUJOURS AUSSI SÉLECTIVE

ÉTAPE 8 : AMODJAR / AMODJAR : 498 km
LIAISON : AMODJAR / CHINGUETTI : 79 km
SPÉCIALE : CHINGUETTI / AMATI : 377 km
LIAISON : AMATI / AMODJAR : 42 km

La philosophie de l’AFRICA ECO RACE est la mise en place de boucles afin de permettre aux équipes d’assistance de bénéficier d’une journée tranquille. Ce qui ne fut pas vraiment le cas pour les concurrents qui ont eu à affronter une véritable spéciale mauritanienne, composée de passages empierrés et de portions de sables mous, le tout avec une séance de navigation à la René METGE, c’est à dire plutôt copieuse. Même si le haut du classement général n’est pas trop chamboulé, derrière, il risque d’y avoir du changement car certains vont rentrés très tard au bivouac d’Amodjar.

Pal Anders ULLEVALSETER renoue avec la victoire
Il suffisait de voir la tête de Pal Anders ULLEVALSETER à l’arrivée de la spéciale pour se rendre compte que celle-ci avait été difficile, voir très difficile. Pourtant le Norvégien, qui est sûrement aujourd’hui le pilote encore en activité le plus capé, en a vu de toutes les couleurs dans sa carrière. Mais là, il a classé cette 8ème étape de l’AFRICA ECO RACE comme une des plus denses qu’il ait eu à boucler avec, au total, 6h29’10’’ au guidon de sa KTM 450 pour parcourir les 377 km de secteur sélectif. Malgré tout, au final, il était tout sourire et heureux de remporter son 6ème succès sur cette édition 2016.

Derrière, Andrew NEWLAND, qui, rappelons-le, découvre ce qu’est un grand rallye africain, a parlé de punition. Néanmoins, après s’être réhydraté correctement en buvant un POWERADE, le Britannique était tout heureux d’apprendre qu’il était classé 2ème à moins de 30 minutes.

Superbe performance également de la famille portuguaise MOREIRA DE SOUSA, le père et le fils qui roulent ensemble sur l’AFRICA ECO RACE depuis le début et qui terminent aujourd’hui 3ème et 4ème, également à une trentaine de minutes, juste devant Norbert DUBOIS, 5ème seulement après avoir un peu jardiné à proximité de l’arrivée. Malgré cela, le Français se hisse en 2ème position au classement général, après la mauvaise journée passée par Anastasiya NIFONTOVA et Dmitry AGOSHKOV.

Derrière, les écarts sont plus importants puisque le 10ème, le vétéran slovaque Jan ZATKO, est pointé à près de 2 heures. A 20 heures, 21h00, à Paris, il restait encore 8 motards sur la piste. Hélas, le Belge Jean Louis BLANPAIN ne sera pas au bivouac ce soir puisque, victime d’une fracture du fémur suite à une chute en début de spéciale, il a été rapatrié vers l’Europe pour y être opéré.

Mathieu SERRADORI s’impose mais loupe le coche
Depuis deux jours, Mathieu SERRADORI avait élaboré un plan pour réaliser une grosse performance en s’élançant depuis une position éloignée dans le classement, histoire que ses adversaires directs ne le voit pas venir. Hier, un souci mécanique a contrarié sa tactique et il est donc parti le couteau entre les dents de Chinguetti, une des villes historique du rallye. Au volant de son Buggy MSR, le Français a réalisé une étape incroyable, comptant jusqu’à 40 minutes d’avance sur ses adversaires au CP4, à 80 km de l’arrivée. Hélas, la fin du parcours allait lui être moins favorable puisqu’une grosse erreur de navigation au km 361 lui faisait perdre 38 minutes et de gros espoirs de revenir sur la tête de course. SERRADORI remporte tout de même sa 2ème spéciale depuis le début du rallye, devançant de 3’11’’Pascal THOMASSE dont l’OPTIMUS a connu des coupures moteur tout au long de la journée.

La 3ème place revient au Kazakh Kanat SHAGIROV, une fois encore très régulier aujourd’hui sur son TOYOTA puisqu’il ne perd que 9’14’’ et conserve le leadership de l’épreuve. A souligner également la superbe performance d’un autre OPTIMUS, à savoir celui de David GERARD, 4ème en auto devant Jean Antoine SABATIER et Dominique HOUSIEAUX. Parmi les grands perdants du jour, on retrouve le Russe Anton GRIGOROV, 18ème, et Jean Pierre STRUGO qui s’est ensablé pour finalement terminer 19ème. La première contre performance du Français qui lui coûte deux places au général.

En revanche, mention spéciale à la famille VIDAL, Luc et Marlène, qui sortent en 21ème position de cet enfer Mauritanien que, du reste, ils attendaient pour mettre en évidence les qualités de leur gros et solide 4X4 TOYOTA.

En T2, les deux seuls à avoir effectuer la totalité de cette boucle d’Atar sont Marat ABIKAYEV sur TOYOTA et Joseph ROSSO sur NISSAN, arrivé 7 minutes après le Russe. Les autres ont tous coupé, loupant des CP au passage et le classement général pourrait donc bien évoluer après que soient tombées les différentes pénalités.

TOMECEK tout près de l’exploit chez les camions
Tomas TOMECEK, triple vainqueur de l’AFRICA ECO RACE, attendait la Mauritanie pour que son TATRA, léger et agile dans le sable, puisse enfin rivaliser avec les KAMAZ. Sans une crevaison qui lui a fait perdre une vingtaine de minutes, le Tchèque se serait imposé puisqu’il termine juste derrière Anton SHIBALOV, à seulement 11 minutes du camion Russe. Magnifique étape également pour Elisabete JACINTO dont le MAN ne perd que 13 minutes sur le KAMAZ et qui conforte encore un peu plus sa 3ème place au général camion.

 

AER2016 - CLIP - Leg 8



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 1 Mai 2017 - 12:15 Afric Eco Race 2018

Jeudi 12 Janvier 2017 - 12:09 AFRICA ECO RACE® 2017 partie 2






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile