4x4-mag
4x4-mag

Le seul webzine Avec un maximum d'infos Sur le monde de l'Off Road au Maroc... Sur 2 ou 4 roues !


Africa Eco Race 2018 Les étapes en Mauritanie



Seconde partie de cette édition 2018 de l'Africa Eco Race: La Mauritanie


Les étapes Mauritaniennes.

Lundi 8 janvier 2018 
Etape 6 : DAKHLA / CHAMI : 650 km Liaison : Dakhla / Boulanouar : 429 km 
Spéciale : Boulanouar / Chami : 211 km Transfer au bivouac : 10 km 

Mardi 9 janvier 2018 
Etape 7 : CHAMI / CHAMI : 508 km Transfert Départ de spéciale : 2 km 
Spéciale : Chami / Chami : 486 km Transfert Bivouac : 20 km 

Mercredi 10 janvier 2018 
Etape 8 : CHAMI / AMODJAR : 478 km Transfert Départ de spéciale : 2 km 
Spéciale : Chami / Azougui : 439 km Liaison : Azougui / Amodjar : 37 km 

Jeudi 11 janvier 2018 
Etape 9 : AMODJAR / AMODJAR : 486 km Liaison : Amodjar / Chinguetti : 73 km 
Spéciale : Chinguetti / Chinguetti : 340 km Liaison : Chinguetti / Amodjar : 73 km  

Vendredi 12 janvier 2018 
Etape 10 : AMODJAR / AKJOUJT : 453 km Liaison : Amodjar / Atar : 45 km 
Spéciale : Atar / Akjoujt : 408 km Arrivée au bivouac 

Samedi 13 janvier 2018 
Etape 11 : AKJOUJT / ST LOUIS : 558 km Départ du bivouac 
Spéciale : Akjoujt / Fimlit : 219 km Liaison : Fimlit / St Louis : 339 km 

Dimanche 14 janvier 2018 
Etape 12 : ST LOUIS / DAKAR : 292 km Liaison : St Louis / Niokhob : 230 km 
Spéciale : Niokhob / Lac Rose : 22 km Transfert : Lac Rose / Dakar : 40 km

Lundi 8 janvier 2018: 6E ÉTAPE DU MAROC À LA MAURITANIE : DAKHLA/CHAMI : 650 KM

MATHIEU SERRADORI (FRA/MCM) ET
LUIS OLIVEIRA (POR/YAMAHA) ACCÉLERENT
 
Après un réveil très matinal aux alentours de 4h du matin, tous les participants ont dû prendre la route de nuit pour une liaison de 429 kilomètres avec le passage de la frontière. La 10ème édition de l'Africa Eco Race continue sa route en Mauritanie où la 1ère spéciale de 211 kilomètres s'est achevée dans les dunes.
Changement de décors
C'est sans soucis que tous les véhicules du rallye ont pu rejoindre la Mauritanie ce matin. Une organisation sans encombre qui a même permis aux concurrents de se reposer après avoir rejoint le départ de la spéciale deux heures avant la course. Un parcours qui a laissé place au hors-piste et au sable. Partis de Boulanouar, les concurrents ont très rapidement rejoint le chemin de fer de la mine avant de déboucher sur une succession de hors-pistes. Un franchissement de dunes juste avant l'arrivée de la spéciale leur a donné un petit avant-goût de ce qui va les attendre dans les prochains jours et surtout à partir de demain avec l'étape marathon...
 
Tout droit dans les dunes
C'est un buggy noir qui a surgit seul en premier de la dune précédant la ligne d'arrivée. Mathieu Serradori et Fabian Lurquin (FRA/MCM) ont été les plus rapides pour remporter cette spéciale qu'ils terminent avec un avantage de 2'21" sur les leaders du général Vladimir Vasilyev et Konstantin Zhiltsov (RUS/MINI). Avec une vitesse moyenne de 144 km/h, l’équipage franco belge ont encore montré qu'ils en ont sous le capot.
Cette étape principalement sablonneuse a particulièrement plu à Guillaume Gomez et François Borsotto (FRA/OPTIMUS). L'équipage du team MD Rallye Sport prend la 3ème place et a enfin réussi à régler tous ses problèmes mécaniques pour remonter sur ses concurrents.
Un terrain de jeu qui convient bien aux Optimus puisque Pascal Thomasse et Pascal Larroque (FRA/OPTIMUS) se sont eux amusés en sautant sur les pistes même si les dunes inquiètent toujours le pilote, souhaitant éviter à tout prix de s'ensabler...
Ils conservent leur 3ème place au général avec près de 1h30 d'avance sur Rémy Vauthier et Jean Brucy (SUI/OPTIMUS).

En T2, Alexey Titov et Andrey Rusov (RUS/FORD) ont fait parler la puissance de leur F150 RAPTOR pour remporter la catégorie toujours devant Gilles Gard et Manuel Pinto (FR/MITSUBISHI). Cependant Gerard Van Lieshout et Guido Slaats (NDL/TPOYOTA) reste leader de cette classe réservée aux véhicules de série.

Chez les « petits » SSV, ces véhicules d’un gabarit à mi chemin entre celui d’un gros quad et d’un buggy, la performance du jour est à mettre à l’actif de Vincent Guindani et Stéphane Nguyen (FR/CAN AM) qui s’offre la 19ème place devant Loïc Bonnevie et Sophie Hamys qui restent leader au général avec la 18ème place.

Le premier camion reste et demeure celui de Gerard De Rooy (NL/IVECO) termine 12ème et reste 5ème au général à 1'01' du pied du podium.
Chez les motos, Luis Oliveira (POR/YAMAHA) continue d'impressionner en étant le plus rapide aujourd'hui. Il s'impose en 1h50'26" devant Paolo Ceci (ITA/KTM) et Pal Anders Ullevalseter (NOR/KTM).
Les trois hommes partis avec deux minutes d'écart au départ sont sortis de la dernière dune quasiment ensemble.
Belle performance pour Dmitry Agoshkov (RUS/KTM) qui, en terminant 4ème, prouve qu’il est dans le coup lorsqu’il n’a pas de problème mécanique.
Enfin, le premier pilote en plus de 450cm3 est le jeune Marius Hermersen (NOR/KTM), un des deux protégés de Maître Ullevalseter, désigné coach de l’année en Norvège.

La bataille mauritanienne est belle et bien lancée !

Classement de la 6e étape : Dakhla / Chami : 650km*
Auto / Camion : 
1. Mathieu Serradori / Fabian Lurquin n°202 (FRA) 01 :27 :26
2. Vladimir Vasilyev / Konstantin Zhiltsov n°201 (RUS) + 00 :02 :21
3. Guillaume Gomez / François Borsotto n°207 (FRA) + 00 :04 :32

Moto : 
1. Luis Miguel Anjos Oliveira n°114 (POR) 01 :50 :26
2. Paolo Ceci n°101 (ITA) + 00 :02 :12
3. Pal Anders Ullevalseter n°100 (NOR) + 00 :04 :14

ILS ONT DIT...

Mathieu Serradori : "Je ne sais pas si c'est une bonne opération de gagner aujourd'hui pour ouvrir l'épreuve marathon de demain... Mais il fallait rouler pour ne pas perdre de temps auprès de Vasilyev qui lui a suivi sa stratégie en gérant son avance au général. C'était une étape de remise en jambes et tout s'est bien passé, on est contents. Vasilyev nous a laissé passer pour qu'on ouvre demain, ça va être difficile de faire la trace dans les dunes..."

Vladimir VASILYEV : "C'était une course stratégique pour ne pas ouvrir demain mais c'était une étape pour les gros moteurs avec un tracé tout droit. Pour le marathon il va falloir garder la tête froide sans faire d'erreur pou la voiture et pour les pneus car on a que trois roues de secours !"

Guillaume GOMEZ : "On a enfin réussi à tout mettre en œuvre aujourd'hui, la mécanique, la navigation et le plaisir de doubler les autres voitures. Ce n'était pas facile de dépasser en évitant les pièges, on a quand même réussi à monter jusqu'à 200 km/h. On a roulé à fond sans prendre de risque, la navigation n'était pas compliquée mais il fallait bien rester concentrés."

Gerard DE ROOY : "C'était une longue journée qui a commencé très tôt mais le passage de la douane a été assez rapide, nous avons donc dû attendre en arrivant tôt au départ de la spéciale. Quelques buggys m'ont doublé, je n'ai pas été le plus rapide mais je vais encore y aller doucement demain, bien faire attention et profiter du sable."

Luis OLIVEIRA : "J'ai roulé tranquillement derrière les gars puis j'ai accéléré pour attaquer à mi-parcours pour les dépasser sur la fin. Le sable dans les dunes était très mou, j'ai encore beaucoup pu apprendre aujourd'hui avec cette 1ère étape mauritanienne."

Paolo CECI : "C'était presque comme l'année dernière, j'ai pu roulé vite sur toute l'étape. Je suis content d'avoir fait la course avec Pal et Luis. A partir de demain ça va se compliquer, il va falloir bien rouler sans abîmer la moto dans l'épreuve marathon, et bien sûr, ne pas se perdre."

Pal Anders ULLEVALSETER : "C'était sympa aujourd'hui, très rapide tout du long et pas compliqué en navigation. Demain ça va être très difficile, j'espère que personne ne va s'en sortir sauf moi !"

Mardi 9 janvier 2018: 7E ETAPE EN MAURITANIE : CHAMI / CHAMI : 508 KM

VLADIMIR VASILYEV (RUS/MINI) ET PAOLO CECI (ITA/KTM) EN PATRONS

La 2ème journée mauritanienne a lancé la fameuse étape marathon de la 10ème édition de l'Africa Eco Race. En première partie de cette épreuve, les concurrents ont pu profiter d'une spéciale de 486 kilomètres sous forme de boucle depuis le bivouac. Une journée de repos pour les mécaniciens puisque c'est dans un parc fermé que tous les véhicules ont ensuite été garés sans avoir le droit d'être approchés par l'assistance avant de reprendre le départ demain.
Ne pas prendre de risque
A quelques centaines de mètres du bivouac, le départ de la première partie de cette spéciale a permis d'appuyer un grand coup sur l'accélérateur. Une piste rapide légèrement sablonneuse a envoyé les concurrents vers un premier franchissement de dunes plutôt facile avant de revenir sur des pistes très roulantes avec une navigation parfois peu évidente. La vraie difficulté demeurait dans les 30 derniers kilomètres avec un franchissement de dunes bien copieux et une portion d’herbes à chameaux à éviter absolument pour ne pas endommager les véhicules. Une spéciale périlleuse où la prudence était de rigueur avant de rejoindre le parc fermé au milieu des 900 kilomètres à parcourir en deux jours. 
 
Une bataille intense
Comme annoncé, le duel Vasilyev-Serradori a fait vibrer les pistes mauritaniennes sur cette spéciale sablonneuse. Mathieu Serradori et Fabian Lurquin (FRA/MCM) ont eu la lourde tâche d'ouvrir sur un tracé roulant mais piègeux en navigation. Une difficulté qui n'a pas fait ralentir Vladimir Vasilyev et Konstantin Zhiltsov (RUS/MINI). Les champions en titre sont parvenus à dépasser l'équipage franco-belge pour un nouveau duel intense sur une bonne partie de la spéciale. Les russes s'offrent finalement la victoire du jour en reprenant deux minutes à leurs poursuivants au général. Une petite erreur de pilotage et un ensablement plus tard, c'est le buggy de Guillaume Gomez et François Borsotto (FRA/OPTIMUS) qui prend la 3ème place du jour avec 30'27" de retard. Pascal Thomasse et Pascal Larroque (FRA/OPTIMUS) restent eux confortablement installés sur la 3ème marche du podium au général en terminant 4ème aujourd'hui.
Toujours premier chez les camions, Gerard De Rooy (NL/IVECO) a dû changer un pneu durant la spéciale et termine 7ème tout en conservant son 5ème rang au général. Le pilote des Pays Bas devance Miklos Kovacs, Peter Czegledi et Lazslo Acs (HUN/SCANIA) de plus en plus présent aux avants postes et Tomas Tomecek (CZE/TATRA), toujours aussi performant et ce, bien qu’il pilote et navigue seul. Il réalise chaque jour un véritable exploit puisqu’on sait que cette année, la navigation est particulièrement relevée. Au général, même si le Tchèque a perdu un peu de temps sur le Hongrois, Tomecek reste 2ème avec un peu moins d’une heure d’avance sur Kovacs.

En T2, la spéciale comportant des secteurs très roulants a fait le bonheur des puissants FORD Raptor puisque Robert Szustkowski et Jaroslaw Kazberuk (POL/FORD) terminent en 28ème position et devancent Alexey Titov et Andrey Rusov (RUS/FORD), sur le même véhicule.

Chez les T3, l’ancien motard Jean Hugues Moneyron (SEN/CAN AM), co piloté par Thierry Maury, qui était sur la première édition de l’Africa Eco Race sur deux roues, a frappé très fort aujourd’hui. Il termine en 24ème position au scratch et devance les deux autres SSV CAN AM du Team Sénégal de Kamil Rahal -Thierry Sanchez et Jean Claude Ruffier-Jérôme Bos.

Chez les motos, Paolo Ceci (ITA/KTM) a laissé parler son expérience et parvient à s'imposer devant Dmitry Agoshkov (RUS/KTM). Le jeune Luis Oliveira (POR/YAMAHA) franchit la ligne d'arrivée juste derrière l'italien mais prend la 3ème place à cause d'un waypoint manquant qui lui coûte 20 minutes de pénalités. Martin Benko (SLK/KTM) termine à une belle 4ème place devant les trois jeunes Felix Jensen (NOR/KTM), Julien Sanchez (FRA/KTM) et Marius Helmersen (NOR/KTM), du coup 1er en plus de 450 cm3. Encore un coup dur pour le double vainqueur Pal Anders Ullevalseter (NOR/KTM) qui a pris le départ de la spéciale en retard à cause d'un souci mécanique ce matin. Malheureusement il n'a pu rouler que quelques kilomètres avant de rentrer au bivouac pour tenter de réparer sa panne et continuer l'aventure jusqu'à Dakar.
 
Classement de la 7e étape : Chami / Chami : 508km*
Auto / Camion : 
1. Vladimir Vasilyev / Konstantin Zhiltsov n°201 (RUS) 03 :53 :48
2. Mathieu Serradori / Fabian Lurquin n°202 (FRA) + 00 :02 :09
3. Guillaume Gomez / François Borsotto n°207 (FRA) + 00 :30 :27

Moto : 
1. Paolo Ceci n°101 (ITA) 05 :20 :22
2. Dmitry Agoshkov n°163 (RUS) + 00 :01 :05
3. Luis Miguel Anjos Oliveira n°114 (POR) + 00 :01 :57
 
Classement général*
Auto / Camion : 
1. Vladimir Vasilyev / Konstantin Zhiltsov n°201 (RUS) 22 :51 :28
2. Mathieu Serradori / Fabian Lurquin n°202 (FRA) + 00 :16 :23
3. Pascal Thomasse / Pascal Larroque n°206 (FRA) + 02 :02 :06

Moto : 
1. Paolo Ceci n°101 (ITA) 28 :57 :13
2. Luis Miguel Anjos Oliveira n°114 (POR) + 00 :58 :45
3. Martin Benko n°102 (SLK) + 03 :21 :17
 

ILS ONT DIT...

Vladimir VASILYEV : "C'était une bonne spéciale, on a très bien roulé même si la bagarre a
été intense. Tout va bien avec la voiture pour repartir demain."
Mathieu SERRADORI : "On a su gérer cette première journée sur les 900 kilomètres sans
assistance. On est partis sur un bon rythme, Vasilyev nous a ensuite rattrapé et on ne l'a pas
lâché. On n'a pas fait d'erreur, Fabian a fait une très bonne navigation et on n'a pas eu de
soucis. Je pensais que nous pouvions rouler plus vite que lui mais on s'est retrouvé côte à
côte à 200 km/h sans parvenir à les reprendre."
Guillaume GOMEZ : "Aujourd'hui on s'est ensablé une fois mais je n'ai pas roulé dans le
sable depuis un an... Je perds une vingtaine de minutes à me sortir avec les plaques de
désensablage. C'est mon premier rallye avec François, il m'apporte beaucoup et me calme, il
fait une très bonne navigation et m'aide même à trouver les pistes. Maintenant on espère
faire au moins un scratch avant l'arrivée à Dakar."
Paolo CECI : "C'était très rapide aujourd'hui avec un peu de dunes, je me suis bien amusé.
J'ai roulé avec Luis pendant plus de 400 kilomètres, c'est très bien si on peut continuer
l'aventure comme ça. J'ai su que Pal avait des soucis mécaniques, c'est vraiment dommage.
Maintenant la moto va bien, je vais juste changer le filtre à air pour repartir tranquille
demain."
Dmitry AGOSHKOV : "C'était une longue spéciale avec une navigation difficile. Il y avait pas
mal de sable juste avant la ligne d'arrivée mais j'aime beaucoup ça !"
Luis OLIVEIRA : "C'était une belle journée avec une navigation parfois compliquée. C'était
encore sympa d'ouvrir, j'ai rester bien concentré mais j'ai quand même manqué un
waypoint. Je suis déjà prêt pour demain, la moto va très bien."

Mercredi 10 janvier 2018: 8EME ETAPE EN MAURITANIE CHAMI / AMODJAR : 477 KM

MATHIEU SERRADORI (FRA/MCM) AU SOMMET, LUIS OLIVEIRA (POR/YAMAHA) TIENT BON.

Après une nuit sans avoir pu approcher leurs véhicules, les concurrents sont repartis pour la seconde partie de l'étape marathon ce matin. Au programme une spéciale de 439 kilomètres avec de beaux passages de dunes sous un soleil de plomb. La vraie difficulté du sable mauritanien et de la pression de la course a sans doute révélé les futurs vainqueurs de la 10ème édition de l'Africa Eco Race.

Tracer sa piste
Dès le début de la spéciale, les participants se sont retrouvés sur du hors-piste avec un premier franchissement de dunes en guise d'échauffement. Puis, ils ont pu reprendre de la vitesse en roulant en alternance sur des pistes rapides sablonneuses entre deux cordons de dunes pour remonter vers le Nord-Est. Cette troisième étape mauritanienne a ensuite révélé des franchissements de dunes de plus en plus compliqués. Les meilleurs s'en sont sortis avec prudence, les véhicules n'ayant pas été révisés la veille au soir après près de 500 kilomètres de spéciale. Pour tous, la ligne d'arrivée s'est offerte comme une délivrance et un exploit après 900 kilomètres de course avalés en deux jours sans assistance.

Serradori à la régulière, Oliveira sans forcer
Il fallait être en confiance ce matin pour prendre le départ et ouvrir la piste. Vladimir Vasilyev et Konstantin Zhiltsov (RUS/MINI) ont donc décidé de se laisser rattraper par Mathieu Serradori et Fabian Lurquin (FRA-BEL/MCM) au bout de 80 kilomètres de course pour pouvoir les suivre dans les dunes. Les deux équipages se sont alors livrés au jeu du chat et de la souris afin de ne pas s'élancer dans l'immensité sablonneuse en tête.
Un jeu qui a fini par tourner à l'avantage du Serradori Racing Team qui remporte la spéciale malgré un tankage à quelques kilomètres de l'arrivée. Un exploit remarqué par l'organisateur Jean-Louis Schlesser venu les féliciter : "ce qui est important c'est de gagner la deuxième étape du marathon, bravo !".
Moins d'enthousiasme à l'arrivée pour les russes qui terminent 1h22'13" derrière les nouveaux leaders au général. Des problèmes de poulies de courroies et un plantage les font finir 14ème aujourd'hui. Une étape qui a particulièrement réussi à deux équipages du team MD Rallye Sport. David Gérard et Pascal Delacour (FRA/OPTIMUS) prennent la 2ème place juste devant Jean-Noël et Rabha Julien (FRA/OPTIMUS). Les fous du volant "Roc et Gravillon" (David et Pascal) ainsi que "Pénélope et Jolicœur" (Rabha et Jean Noël) comme ils se surnomment, étaient heureux et émus de leurs résultats après avoir évité les pièges du jour.
Ce ne fut hélas pas le cas pour leurs co-équipiers du Team MD Rallye puisque Pascal Thomasse et Pascal Larroque ont posé leur buggy Optimus sur le flan. Guillaume Gomez et François Borsotto qui n’ont plus grand-chose à gagner ont joué les Saint Bernard du désert en aidant les deux Pascal à se sortir de ce mauvais pas. Spéciale difficile aussi pour Rémy Vauthier et Jean Brucy qui ont cassé une transmission et perdu pas mal de temps à réparer. Mauvaise journée enfin pour Yves et Jean Fromont (FR/Buggy FROMONT) puisque, privés d’hydraulique, ils rejoindront le bivouac sur le camion balai.

En T2, Robert Szustkowski et Jaroslaw Kazberuk (POL/FORD) imposent à nouveau leur Raptor. Ils devancent Gilles Gard – Manuel Pinto (FR/MITSUBISHI) et Eric Gallant – Jean Marc Ancel (FR/TOYOTA). Au général, l’équipage polonais pointe désormais en 25ème position.

En T3, après une journée en enfer hier en raison de problèmes d’alimentation en essence, les deux CAN AM de Vincent Guindani – Stéphane Nguyen et Loïc Bonnevie – Sophie Hamys se sont vengés aujourd’hui puisqu’ils terminent respectivement 12ème et 13ème de cette spéciale. Cependant, c’est toujours Jean Hugues Moneyron et Thierry Maury (SEN/CAN AM) qui mènent la danse dans cette catégorie SSV avec la 18ème place.

Gerard De Rooy (NL/IVECO), toujours aussi impressionnant avec son camion, s'est amusé dans les dunes en roulant plus vite que certaines voitures et prend la 4ème place.
Un podium du jour 100% Hollandais puisque le leader du général camion a devancé le DAF de Johannes Van De Laar et le MERCEDES de Johan Elfrink, tout deux séparés de seulement 3 minutes.

Chez les motos, l’ensemble des motards en course est sorti de la spéciale avant la nuit. Certains dans la douleur à l’image de Franco Picco (IT/KTM) arrivé bon dernier après avoir mécaniqué un long moment sur la piste.
En revanche, Luis Oliveira (POR/YAMAHA) remporte sa 2ème spéciale avec 6'24" d'avance sur Paolo Ceci (ITA/KTM) qui reste leader au général. Simone Agazzi (ITA/HONDA) s'est lui aussi fait plaisir dans le sable pour terminer troisième devant Rui Oliveira (POR/YAMAHA) qui remporte la catégorie plus de 450 cm3.
Chez les Vétérans, avec une 8ème place, Nathan Rafferty (USA/KTM) est le vainqueur du jour de cette catégorie des plus de 45 ans alors qu’au général, Henrik Rahm (SUE/KTM) ne compte plus que 5 minutes d’avance sur l’américain.
Dans le challenge des Malles Moto Motul, Jonathan Blackburn (GBR/KTM) est toujours leader avec une superbe 5ème place provisoire au général.
 
Classement de la 8e étape : Chami / Amodjar : 477km*
Auto / Camion : 
1. Mathieu Serradori / Fabian Lurquin n°202 (FRA) 04 :36 :57
2. David Gerard / Pascal Delacour n°212 (FRA) + 00 :23 :06
3. Jean-Noël Julien / Rabha Julien n°218 (FRA) + 00 :26 :00
 
Moto : 
1. Luis Miguel Anjos Oliveira n°114 (POR) 05 :14 :08
2. Paolo Ceci n°101 (ITA) + 00 :06 :24
3. Simone Agazzi n°120 (ITA) + 00 :31 :27
 
Classement général*
Auto / Camion : 
1. Mathieu Serradori / Fabian Lurquin n°202 (FRA) 27 :44 :48
2. Vladimir Vasilyev / Konstantin Zhiltsov n°201 (RUS) + 01 :05 :50
3. Pascal Thomasse / Pascal Larroque n°206 (FRA) + 02 :48 :45
 
Moto : 
1. Paolo Ceci n°101 (ITA) 34 :17 :45
2. Luis Miguel Anjos Oliveira n°114 (POR) + 00 :52 :21
3. Martin Benko n°102 (SLK) + 04 :01 :17

 

ILS ONT DIT...

Mathieu Serradori :"On a vu que Vasilyev nous laissait passer avant les dunes, il s'est arrêté sur le côté et a ouvert le capot, on a donc dû partir seuls en tête. C'était dur physiquement, le sable était mou, il faisait chaud et on s'est tanké une fois. On a mis la voiture dans tous les sens, sauf sur le toit ! J'étais persuadé que Vasilyev était devant au milieu des dunes, c'était vraiment rude."

David GERARD : "On est heureux ! Et pour Mathieu aussi. C'était compliqué, très piégeux en navigation et difficile avec les herbes à chameaux sur la dernière partie. On s'est ensablé une fois mais Pascal a été très efficace pour nous sortir, il en a même perdu son téléphone ! On a fait attention à la voiture car nous avons perdu un ski hier et ce matin les mécaniciens ont eu 10 minutes pour réparer nos courroies, ils ont été exceptionnels."

Jean-Noël JULIEN : "On s'en est sorti lentement mais surement ! C'était une étape difficile, il fallait faire attention à la voiture. Mais on a roulé sans se mettre la pression. On a vu tout le monde planté dans les dernières dunes, on est resté calmes, ce n'était pas simple mais riche en émotions."

Vladimir VASILYEV : "On a eu des soucis de courroies et on a perdu beaucoup de temps à réparer. Et puis on s'est tanké vers la fin dans les herbes à chameaux, c'était très difficile. On ne va rien lâcher et repartir de plus belle demain."


Jeudi 11 janvier 2018: 9EME ETAPE EN MAURITANIE AMODJAR / AMODJAR : 488 KM

VLADIMIR VASILYEV (RUS/MINI) SE REFAIT, ULLEVALSETER (NOR/KTM) RENOUE AVEC LA VICTOIRE

Une nouvelle boucle était au programme du jour permettant un peu de repos pour l'assistance et l'organisation restées au bivouac toute la journée. Pendant ce temps, les concurrents ont pris part à une spéciale de 340 kilomètres à travers les dunes prestigieuses de Mauritanie. Une étape pleine de suspense et de belles surprises au classement.

L'étape la plus difficile
Jean-Louis Schlesser l'avait annoncé hier soir, la 9ème spéciale de cette Africa Eco Race sera la plus rude. C'est la première fois que le tracé part aussi loin dans l'Est de la Mauritanie, dans un décor de dunes splendides à perte de vue. Il était difficile donc de trouver tous les checkpoints au milieu des 100 kilomètres de dunes à franchir sur la deuxième partie du parcours. Le tout en évitant de s'ensabler, un exercice au plus haut niveau autant en pilotage qu'en navigation.

Vasilyev se reprend, Ullevalseter se fait plaisir
C'est encore un duel acharné entre les équipages 201 et 202 qui a animé les pistes mauritaniennes aujourd'hui. Nouveaux leaders au classement général, Mathieu Serradori et Fabian Lurquin (FRA-BEL/MCM) n'ont pas réussi l'exploit de faire un sans-faute sur cette spéciale au plus haut niveau. A cause de trois ensablements, ils finissent par perdre 30 minutes sur Vladimir Vasilyev et Konstantin Zhiltsov (RUS/MINI) les plus rapides aujourd'hui malgré deux crevaisons. L'enfer des dunes n'a épargné personne, le team SRT a préféré rouler prudemment ce qui lui a valu d'être rattrapé par les russes au CP3. Parti 14ème après une mauvaise journée hier, Vasilyev franchit la ligne d'arrivée juste derrière le buggy noir de Serradori et compte désormais 48 minutes de retard sur l'équipage franco-belge.

C'est le camion de Gerard De Rooy (NL/IVECO) qui monte en puissance dans cette semaine mauritanienne en s’offrant la 2ème place du jour devant Serradori.

Chez les motos, la fougue de Pal Anders Ullevalseter (NOR/KTM) a à nouveau frappé. Après une journée passée à réparer le moteur de sa KTM, le double vainqueur de l'épreuve a montré qu'à 49 ans il était encore le plus rapide dans les dunes. Il s'impose 13'36" devant Simone Agazzi (ITA/HONDA), toujours ravi de pouvoir continuer l'aventure malgré sa 20ème place au classement général. Le jeune Luis Oliveira (POR/KTM) a lui profité des traces d'Agazzi pour terminer troisième juste devant Paolo Ceci (ITA/KTM). Une belle journée pour le Team Ullevalseter puisque les deux protégés du champion norvégien réalisent leur meilleure performance du rallye sur la spéciale la plus compliquée. Marius Helmersen (NOR/KTM) prend la 5ème place devant son compatriote Felix Jensen (NOR/KTM) à une trentaine de minutes de leur maître.

 

ILS ONT DIT...

Vladimir VASILYEV : "On a essayé d'attaquer mais on a crevé deux fois au kilomètre 40 et 100 à cause du sable très mou. On a quand même voulu aller le plus vite possible. On va encore tout donner demain pour rattraper notre retard même si nous n'avons pas beaucoup de chance de gagner cette année."

Gerard DE ROOY : "C'était dur aujourd'hui avec beaucoup de sable. On s'est ensablé une fois ce qui nous a fait perdre une quinzaine de minutes. Pour le reste je m'en suis bien sorti dans les dunes, on a fait du bon boulot malgré une navigation pas toujours évidente car le vent a effacé les traces. Ca faisait longtemps que je n'avais pas eu autant de sable dans les chaussures !"

Mathieu Serradori "C'était dur physiquement et mentalement aujourd'hui. On a fait quelques erreurs qui nous ont valu de sortir les plaques mais on ne s'est pas affolé sachant que Vasilyev était plus loin derrière. On l'a retrouvé devant nous au CP3 alors on a foncé pour ne pas le perdre jusqu'à l'arrivée. C'était compliqué mais c'était une bonne journée."

Pal Anders ULLEVALSETER : "C'était une belle spéciale, surtout quand vous démarrez derrière, c'est plus facile de suivre les traces et remonter. Les dunes étaient incroyables, c'était difficile mais je suis content d'être à nouveau sur ma moto pour continuer l'aventure."

Simone AGAZZI : "Jean-Louis Schlesser a dit que c'était la spéciale la plus difficile du rallye alors je suis très content de finir 2ème. Surtout que j'ai préparé moi-même ma moto alors c'est une grosse fierté."

Luis OLIVEIRA : "C'était une belle étape mais très difficile avec de grosses dunes à franchir. J'ai ouvert la piste sur 50 kilomètres puis je suis tombé deux ou trois fois alors j'ai préféré laisser Agazzi passer pour suivre ses traces jusqu'à l'arrivée."


Vendredi 12 janvier 2018: 10EME ETAPE EN MAURITANIE AMODJAR / AKJOUJT : 453 KM

LA SURPRISE DOMINIQUE LAURE (FRA/OPTIMUS), PAOLO CECI (ITA/KTM) EN PLACE

La 10ème édition de l'Africa Eco Race bat son plein à deux jours de l'arrivée à Dakar. Après l'étape la plus difficile hier, l'organisation en partenariat avec l'AMADE (association monégasque) s'est rendue dans le village de Tawas pour distribuer des lampes solaires aux enfants vivant dans des foyers sans électricité. Autre décors, autre ambiance pour les concurrents qui ont encore été servis avec une spéciale ensablée de 453 kilomètres. Il fallait être patient à l'arrivée pour voir les plus rapides conclure avec deux heures de retard sur l'horaire prévu.

Des montagnes de dunes
C'est dans une vallée au décor de canyons ensablés que les concurrents se sont élancés ce matin. Fatigués des efforts de la veille, les voitures et les organismes ont été ménagés avec un réveil plus tardif grâce à une liaison courte de 45 kilomètres avant de voir les premières motos prendre le départ à partir de 8h43. Et il fallait être bien réveillé dès le début pour aborder un gros franchissement de dunes dans les premiers kilomètres. Un échauffement pour la suite du tracé de plus en plus compliqué au milieu des montagnes de dunes où il ne fallait pas perdre son cap. Quel soulagement alors de trouver la ligne d'arrivée à l'entrée du bivouac situé à quelques kilomètres de la ville d'Akjoujt.

La médaille pour Laure et Crespo, Ceci toujours là
"Je ne sais pas comment on a fait...", ce sont les premiers mots prononcés par Dominique Laure et Christophe Crespo (FRA/OPTIMUS) en sortant de leur buggy jaune juste derrière la ligne d'arrivée. 6h21'19" de course au compteur sur la journée la plus compliquée, soit 13'07" de mieux que les leaders du Serradori Racing Team, une performance exceptionnelle pour ces amateurs pour leur première participation en course. "Malabille et Malabar" font partie de la tribu des "fous du volant" de chez MD Rallye Sport et ont créé la surprise avec cette belle victoire. Mathieu Serradori et Fabian Lurquin (FRA-BEL/MCM) conservent leur leadership avec 57'28" d'avance sur Vladimir Vasilyev et Konstantin Zhiltsov (RUS/MINI) arrivés 4èmes de la spéciale. Tous avaient les traits tirés en arrivant au bivouac, fatigués d'avoir dû se sortir à plusieurs reprises d'un sable mou et d'une navigation compliquée. Un autre équipage de chez MD Rallye Sport prend la 3ème place. Il s’agit de Guillaume Gomez et François Borsotto (FRA/OPTIMUS) arrivés au bout et à bout de cette étape révélatrice des plus grands rallyes africains.

Belle histoire du jour, celle de Loïc Bonnevie et Sophie Hamys (FRA/CAN-AM) qui prennent la 6ème place aujourd'hui. Un exploit puisqu'il s'agit de la meilleure performance jamais réalisée par un SSV sur l'Africa Eco Race depuis son existence.

Encore une belle surprise chez les camions puisque c'est Johannes Van De Laar (NL/DAF) qui arrive devant en prenant la 5ème position. Il franchit la ligne d'arrivée juste devant Gérard De Rooy (NL/IVECO) qui s'est arrêté pour le laisser passer, le fairplay du hollandais qui a voulu remercier son compatriote pour l'avoir sorti du sable pendant la spéciale.

Chez les motos, la sagesse et l'expérience de Paolo Ceci (ITA/KTM) ont encore frappé. Le solide leader s'impose devant Simone Agazzi (ITA/HONDA). Luis Oliveira (POR/PROTO) est relégué à la 3ème place à cause d'une pénalité de 23 minutes pour excès de vitesse. Encore un coup dur pour Pal Anders Ullevalseter (NOR/KTM) qui a été contraint d'abandonner à mi-parcours à cause d'un nouveau souci moteur.

ILS ONT DIT...

Dominique LAURE : "C'est difficile de croire à cette victoire, c'est une grosse surprise ! On s'est arrêté deux fois dans le sable sans trop perdre de temps. C'est mon premier rallye et j'appréhendais beaucoup les dunes. Hier on s'est bien planté dans le sable, du coup aujourd'hui on a décidé d'y aller tranquille puis on a accéléré au fur et à mesure et ça finit très bien pour nous. On est surtout soulagés d'en avoir fini avec les dunes, on est très content."

Mathieu Serradori "Il est où Vasilyev ?!... Celle là on l'a pas volée ! On s'est aidés mutuellement toute la journée avec Fabian, c'était la spéciale la plus difficile pour nous. On ne savait plus où on allait dans les dunes, on a doublé Vasilyev qui était coincé dans le sable et on ne s'en est pas mal sortis. En plus la radio est tombée en panne à la fin, on a du communiquer en langage des signes jusqu'à l'arrivée."

Guillaume GOMEZ : "C'était difficile... très dur... Cette spéciale nous a surpris, on ne s'attendait pas à ça. On s'est posé cinq ou six fois dès le début puis on a encore perdu 45 minutes un peu plus loin. On est fatigués par le stress mais finalement on s'en sort pas si mal, c'est le métier qui rentre !"

Paolo CECI : "C'était encore plus dur qu'hier ! Il y avait beaucoup de dunes difficiles à franchir et une navigation compliquée. J'ai eu du mal par moment, sans traces ce n'était pas évident mais j'ai réussi à bien m'en sortir, je suis content. Le plus dur est fait, je n'ai plus qu'à gérer sans faire d'erreur jusqu'au Lac Rose maintenant."

Simone AGAZZI : "Aujourd'hui c'était intense, très compliqué dans le sable mais j'ai beaucoup aimé malgré tout."

Luis OLIVEIRA : "C'était long et très difficile avec des dunes compliquées à passer. Mais je m'en sors bien, j'ai pas mal roulé avec Ceci et j'ai réussi à finir les 50 derniers kilomètres seul, je suis très content."


Samedi 13 janvier 2018:

11EME ETAPE EN MAURITANIE
AKJOUJT / SAINT LOUIS : 558 KM
MATHIEU SERRADORI (FRA/MCM) POUR LA GLOIRE, SIMONE AGAZZI (ITA/HONDA) POUR L'HONNEUR

La dernière spéciale de la 10ème édition de l'Africa Eco Race a pu confirmer les heureux vainqueurs de la compétition. Sur un tracé rapide de 219 kilomètres, tous les participants ont pu profiter sans se mettre de pression afin de valider leurs efforts des 15 derniers jours.

Que du bonheur
Avec un dernier départ du bivouac ce matin, toute la caravane de l'Africa Eco Race a pu en profiter pour voir les participants s'élancer au lever du soleil. Dans une ambiance particulièrement détendue sachant que les podiums étaient quasiment déjà connus, les concurrents étaient surtout soulagés de laisser les plus grosses dunes derrière eux. Pas de véritable enjeu donc mais l'envie de bien finir et de se faire plaisir une dernière fois avant de célébrer la fin d'un rallye particulièrement intense cette année auprès de leurs équipes venues en nombre sur la ligne d'arrivée.

Serradori et Lurquin soulagés, l'Italie à l'honneur
Il y a eu beaucoup d'émotions pour le Serradori Racing Team au moment de voir les deux héros de cette Africa Eco Race sortir du buggy numéro 202.

Après une bataille intense pendant près de dix jours aux côtés du vainqueur de l'année dernière, Mathieu Serradori et Fabian Lurquin (FRA-BEL/MCM) remportent la plus belle victoire de leur carrière. L'équipage franco-belge était très ému de partager ce moment avec leur équipe à l'arrivée, on a même pu voir quelques larmes dans les yeux de Fabian, si fier de parvenir à un tel résultat après de nombreuses années d'efforts et de durs labeurs. Ils terminent deuxième de la spéciale du jour, peu importe le chrono, l'essentiel était bien d'arriver au bout.
C'est le buggy de Guillaume Gomez et François Borsotto (FRA/OPTIMUS) qui signe le scratch aujourd'hui, une dernière victoire importante pour bien finir la course après avoir souffert durant les trois premiers jours à cause de soucis mécaniques. Déçus de ne pas avoir pu se battre pour le podium, l'équipage du team MD Rallye Sport s'est tout de même rassuré lors de cette deuxième semaine mauritanienne.

Vladimir Vasilyev et Konstantin Zhiltsov (RUS/MINI) n'ont donc pas pu réaliser le doublé en remportant à nouveau la course cette année. L'équipage russe termine deuxième au général et a beaucoup souffert du sable mauritanien qui lui a coûté très cher cette semaine.

Pascal Thomasse et Pascal Larroque (FRA/OPTIMUS) s'offrent un dernier podium avant de monter officiellement sur la 3ème marche au Lac Rose demain.

Malgré tous ses efforts pour accrocher le podium, Gerard De Rooy (NL/IVECO) signe une très belle 4ème place au général pour sa première participation et termine en tête des camions, une trentaine de minutes derrière Pascal Thomasse.

L'Italie était à l'honneur chez les motos avec la victoire du jour pour Simone Agazzi (ITA/HONDA) juste devant Paolo Ceci (ITA/KTM) le grand vainqueur de cette 10ème Africa Eco Race.

Pour sa 2ème participation, le grand favori de ce rallye a tenu son rang et a été félicité par le double vainqueur Pal Anders Ullevalseter (NOR/KTM) venu sur la ligne d'arrivée pour l'occasion. Contraint d'abandonner à cause de soucis moteurs, le norvégien n'a pas pu rivaliser avec Ceci cette année mais compte bien prendre sa revanche l'année prochaine.

Luis Oliveira (POR/PROTO) a lui tenu à franchir la ligne d'arrivée aux côtés de son compatriote Rui Oliveira (POR/YAMAHA). Les deux portugais prennent respectivement les 2èmes et 3èmes place du général. Une très belle performance pour Luis, plus jeune participant qui à 25 ans fait une entrée remarquée dans le monde du rallye.

ILS ONT DIT...

Mathieu Serradori "Il y aura sûrement encore plus d'émotions demain au Lac Rose. On a vécu une quinzaine magnifique grâce à une grande équipe sans qui nous n'y serions jamais arrivés. Il y a trois ans je ne pensais pas que nous pourrions atteindre un tel niveau surtout face à de grands concurrents comme Vasilyev."
Pascal THOMASSE : "On est venu pour jouer la gagne, finir sur le podium est un très bon résultat. Je ne fais pas de prévisions pour l'année prochaine, je suis trop jeune !"
Guillaume GOMEZ : "C'était encore une belle spéciale aujourd'hui, presque parfaite pour nous, ça fait du bien de finir sur une bonne touche avec un bon chrono. On a vécu trois jours maudits au début, c'est dommage, on a tout de suite perdu toute chance de se battre pour le classement mais depuis la Mauritanie on enchaîne les podiums, ça prouve qu'on avait une belle place à aller chercher. Je tiens à féliciter Mathieu Serradori qui a ouvert régulièrement sans traces et qui gagne avec la manière."
Paolo CECI : "Je suis très content d'avoir gagné cette année, c'était un rêve. C'était vraiment dur cette année mais je m'en suis bien sorti en navigation. Je fais une course presque parfaite et je tiens à remercier ma femme Sarah qui m'a beaucoup aidé et soutenu et bien sûr toute mon équipe. J'ai eu beaucoup de pression dès le départ à Monaco, c'était une course extraordinaire surtout en Mauritanie."
Simone AGAZZI : "Je suis très satisfait de remporter l'étape aujourd'hui et surtout très content pour Paolo. C'était une très belle course pour l'Italie. Je me souviendrai toute ma vie du sable mauritanien avec ses dunes si difficiles à conquérir. »

Dimanche 14 janvier 2018: 12EME ETAPE AU SENEGAL : SAINT LOUIS / DAKAR : 230 KM

LE LAC ROSE ACCUEILLE SES HEROS

Dernière journée pour tous les participants de la 10ème édition de l'Africa Eco Race pour mettre à l'honneur tous ceux qui ont réussi à rejoindre Dakar après plus de 6000 kilomètres de parcours. Le Lac Rose a fêté ces héros qui ont tous pu défiler sur le podium devant un public venu nombreux leur faire un triomphe.
Une dernière séance
Tous les participants ont du quitter le bivouac au petit matin avant même le lever du soleil afin de rejoindre le départ d'une dernière spéciale sans enjeux. Après 230 kilomètres de liaison, c'est sur la plage au bord du Lac Rose qu'ils se sont élancés sur 22 kilomètres sous forme de départs en ligne. Un dernier coup d'accélérateur pour célébrer la fin de la compétition avant de monter sur le podium pour clore définitivement cette 10ème Africa Eco Race. Récompense pour les uns, délivrance pour les autres, cette dernière journée a été fêtée au milieu d'une foule où les habitants du coin et l'entourage de certains concurrents sont venus profiter du spectacle.
Mathieu Serradori et Fabian Lurquin (FRA-BEL/MCM) ont ouverts le show en franchissant la ligne d'arrivée les premiers chez les autos pour faire souffler la poussière une dernière fois en dérapant à 360 degrés devant le public. Une dernière bataille avec Dimitri Vasilyev et Konstantin Zhiltsov (RUS/MINI) sur la plage avant de savourer leur victoire finale. Les grands vainqueurs de cette édition ont été félicités par le numéro un chez les motos, Paolo Ceci (ITA/KTM) pendant que Gerard De Rooy (NL/IVECO), vainqueur chez les camions, félicitait Tomas Tomecek (CZE/TATRA) pour sa 2ème place.

Des sourires et du champagne
Tous avaient le sourire, ravis d'être réunis une dernière fois pour célébrer leur aventure. Le traditionnel défilé sur le podium a permis aux pilotes de rendre hommage à leur staff en les faisant monter pour une séance photo et une douche au champagne. Un peu plus loin, les spectateurs ont pu approcher les véhicules faisant la queue, certains enfants ont même pu prendre le volant de certaines voitures le temps d'une photo.
Jean-Louis Schlesser et René Metge avaient eux aussi un large sourire aux lèvres, ravis que cette nouvelle course se soit si bien déroulée. Jean-Louis était même déjà concentré sur la prochaine édition : "on a déjà des inscrits, et vue la joie des hollandais venus nombreux cette année, ça devrait très vite se remplir." Autant du côté de l'organisation que des concurrents, le mot d'ordre était le même malgré la fatigue : "Cap sur l'année prochaine !".

Classement général
Auto : 
1. Mathieu Serradori / Fabian Lurquin n°202 (FRA)
2. Vladimir Vasilyev / Konstantin Zhiltsov n°201 (RUS) 
3. Pascal Thomasse / Pascal Larroque n°206 (FRA)

Moto : 
1. Paolo Ceci n°101 (ITA) 
2. Luis Miguel Anjos Oliveira n°114 (POR) 
3. Rui Oliveira n°115 (POR)

Camion : 
1. Gerard De Rooy / Darek Rodewald / Moi Torrellardona n°400 (NDL)
2. Tomas Tomecek n°401 (CZE)
3. Johannes Van De Laar / Ben Van De Laar / Adolphus Huijgens n°406 (NDL)

Ils l'on fait

Tomecek ce héros Celui-là mérite de rentrer dans la légende. Tomas Tomecek (CZE/TATRA) a réalisé un exploit en s'élançant seul dans son camion depuis Monaco. Plus de 6000 kilomètres plus tard, le triple vainqueur de l'épreuve parvient à terminer sa 8ème Africa Eco Race à la 9ème place. Il a bravé les dunes, s'est sorti de situations parfois compliquées, sans aide et a relevé ce pari fou qu'il s'est lancé pour pimenter un peu sa course.
Il finit 2ème chez les camions derrière Gérard De Rooy (NL/IVECO). "Je suis content comme un enfant, c'est rêve devenu réalité" a-t-il déclaré au pied du podium au Lac Rose.

Les SSV à l'honneur , Jean-Hugues Moneyron et Thierry Maury (SEN-FRA/CF MOTO) seront allés jusqu'au bout de leur objectif. Cet équipage du Team Dakar rêvait de rejoindre leur ville au Sénégal en venant à bout de la course avec leur SSV.
Et pourtant des soucis mécaniques en fin de première semaine sont venus compliquer les choses mais la motivation et la détermination du team composé de deux autres équipages les a menés à bon port. Ils terminent 15ème de l'épreuve et peuvent rentrer en héros au pays.
Mention spéciale à Jean-Claude Ruffier et Jérome Bos (FRA/CAN AM) qui prennent la 26ème place avec au volant le doyen de l'épreuve. A 78 ans il termine son premier rallye-raid... il n'est jamais trop tard !

Podium T2 Chez les 4x4 classiques c'est la Pologne qui a le mieux roulé sur les 4006 kilomètres de spéciales.
Robert Szustkowski et Albert Gryszczuk (POL/FORD) du team R-Sixteam ont été les plus rapides et remportent le trophée dans leur catégorie et 29ème de la compétition.

Gérard Van Lieshout et Guido Slaats (NL/TOYOTA) sont les 2èmes de la catégorie devant Loïc Frebourg et Franck Boulay (FRA/TOYOTA) qui complètent le podium.

Blackburn, premier des "malle-motos", Rafferty meilleur vétéran Ils étaient neuf à se lancer dans l'aventure en "malle-motos". Ces pilotes moto qui ne bénéficient d'aucune assistance mais juste d'une malle transportée par l'organisation sont souvent ceux qui dorment le moins sur le bivouac. Ainsi ils retrouvent tous les soirs le minimum vital nécessaire pour rejoindre Dakar et sont livrés à eux mêmes pour s'occuper de leur mécanique.
Parmi eux, Jonathan Blackburn (GBR/KTM) réalise la meilleure performance en prenant la 5ème place. Il a su gérer sa course pour ne pas rentrer tard et surtout ne pas avoir de mécanique trop importante à effectuer afin de se coucher tôt. Ce matin il était soulagé d'en finir et avait surtout hâte de pouvoir récupérer avec une bonne nuit de sommeil.
Nathan Rafferty (USA/KTM) termine juste derrière mais remporte le titre dans la catégorie des vétérans.

Team Ullevalseter, la jeunesse et l'expérience. Cette équipe là a encore un bel avenir. Pal Anders Ullevalseter (NOR/KTM) est déjà expérimenté du haut de ses 49 ans et avec deux victoires à son palmarès, même si il compte bien revenir pour essuyer son échec cette année, le norvégien a décidé de faire parler la jeunesse. En tant qu'entraîneur national, il a sélectionné deux jeunes pilotes pour l'accompagner se frotter à l'aventure du désert africain. Felix Jensen et Marius Helmersen ont 26 ans et ont participé pour la première fois de leur jeune carrière à un rallye grandeur nature. La relève norvégienne est assurée avec la belle 4ème place de Felix au classement général.
Une performance d'autant plus remarquable puisqu'il a dû subir une chirurgie des yeux afin de soigner ses problèmes de vue et qu’il a mis un an à s'en remettre. Les trois coéquipiers ont maintenant hâte de revenir l'année prochaine pour laisser parler leur expérience.








Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Janvier 2017 - 12:09 AFRICA ECO RACE® 2017 partie 2






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Mobile